AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journée classée rouge. [ So Hard ! ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Mer 31 Mar - 22:05

Un jour comme un autre pointait le bout de son nez au lycée Shimizu, loin de la vie tumultueuse de la ville. Mais cela était-il réellement exact ? Après tout, seules les personnes rattachées au bâtiment savaient ce qui pouvait se tramer au fin fond des couloirs, jusqu'aux salles de cours. Le calme environnant laissa vite place à l'ambiance lycéenne avec ce joyeux brouhaha, ces regards glissants de part et d'autre repérant le garçon le plus célèbre ou la fille la plus jolie, ces attroupements dans les salles de cours jusqu'à ce que la sonnerie retentisse. Une journée typique entre autre. Chaque professeur regagna ses élèves respectifs afin de leur offrir leurs nombreuses connaissances. Mais ce jour là, un professeur vint sur son lieu de travail alors qu'aucun de ses cours n'étaient prévus. Le claquement de ses talons aiguilles rompit le silence des couloirs vides. Ses longs cheveux détachés balançaient de droite à gauche au même rythme que ses hanches. Sa poitrine volumineuse se soulevait à chacun de ses pas, manquant à chaque fois de jaillir de son corset de cuir. Le bas de la jupe de tailleur laissait transparaitre de haut en dentelle de ses bas noirs soulignants le galbe de ses mollets grâce à une rayure descendant jusqu'au talon. Evidemment, tout le monde reconnaissait l'allure de ce professeur à des kilomètres : mademoiselle Satô Sachiko.
Sa venue au lycée était des plus inattendues car c'était son jour de repos. Des motivations encore secrètes l'avaient menée à se rendre sur son lieu de travail, bien que vide à cette heure de la matinée. Au détour d'un couloir, elle croisa la salle où se tenaient les rangées de casiers où les lycéens rangeaient leurs chaussures et autres petites affaires. Sachiko fit face à l'une de ses rangées, inexpressive. Un oeil espion pouvait se demander quelle mouche l'avait piquée lorsqu'elle se mit à donner de violents coups de pieds dans le meuble, le faisant trembler sur place. La tôle en était toute cabossée par les talons aiguilles forts résistants du professeur. Mais cela ne suffisait pas à calmer son étrange mauvaise humeur. Toute renfrognée, Sachiko prit la direction des escaliers qu'elle monta en claquant des pieds le plus possible. Il ne serait pas étrange qu'on l'entende arriver des salles de cours, où les claquements de CES talons étaient très connus. Mais aujourd'hui c'était différent. La jeune femme semblait être en colère, comportement totalement inconnu au sein de l'établissement qui, malgré ses nombreuses frasques, arrivait toujours grand sourire. Elle finit par arrêter son voyage entre deux étages et frappa un grand coup sur le mur.

"Merde... impossible de me calmer... mais que vais-je devenir ?!"

Ses lèvres se mirent à trembler d'énervement. Sachiko se laissa aller contre le mur et descendit jusqu'à poser ses fesses par terre. C'est alors qu'une chose extrêmement étonnant se produisit. Contre toute attente, la jeune femme se mit à pleurer à chaudes larmes. Ses lamentations n'étaient vraiment pas discrètes puisqu'on l'entendait beugler dans tout l'escalier. Même si elle était toujours habillée de manière très sexy, Sachiko montrait une toute autre image d'elle totalement pathétique.


Dernière édition par Sachiko Satô le Lun 2 Aoû - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Dim 11 Avr - 13:29

Une nouvelle journée commençait, et comme tous les jours de semaine, Ren fut réveillé par le son incessant du réveil matin. TUUUTUUUTUU ça faisait dans ses oreilles. Il n’aimait pas du tout cette sonnerie, mais elle avait l’avantage de le réveiller sans risque qu’il se rendorme la seconde d’après. Une fois levé et réveillé, le reste de la journée s’écoulait sans soucis. Bon, je tiens à préciser que les seules choses que Ren prévoit dans son emploi du temps sont : le sport du matin et les cours. Le reste, c’est au petit bonheur la chance, s’il n’a pas envie d’aller faire les courses, il ne les fera pas et ainsi de suite.
C’est donc en cette bonne journée que Ren parti en direction du lycée Shimizu – son nouveau lieu de travail. Ce matin il décida de prendre la moto pour s’y rendre. Il aimait entendre le son du vent siffler dans ses oreilles et entendre son cœur battre au même rythme que le son s’échappant du moteur de la puissante machine. Il arriva après la sonnerie du début des cours, mais aujourd’hui ce n’était pas dramatique puisqu’il n’avait pas classe. Alors que venait-il faire au lycée me direz-vous ? Il s’y habituait, tout simplement. Pour un ex-voyou comme lui, le fait de se retrouver de nouveau dans un établissement scolaire était…comment dire…étrange, bizarre. A chaque fois qu’il passait la grille d’entrée, il avait ce sentiment de nostalgie. Bref, il aimait parfois à se promener dans les couloirs où finalement il n’avait pas grand-chose à faire. La place d’un prof de sport est avant tout sur le terrain ou dans le gymnase, voir dans la salle des professeurs de temps en temps, pas à déambuler dans l’établissement, dans le gymnase, voir dans la salle des professeurs de temps en temps, pas à déambuler dans l’établissement.
D’habitude, il n’y avait que peu de bruit, voir pas du tout. Aujourd’hui, il pouvait aisément entendre l’écho de talons frapper le sol. Il se rapprochait du bruit typiquement féminin, mais un autre son, moins aguicheur se fit entendre. Celui-là Ren le connaissait bien, le son des coups et de la tôle froissée. Ici aussi y avait-il des voyous ou des yankee ? Ren n’en avait pour l’instant pas aperçu. Il accéléra le pas dans les escaliers mais n’entrevit qu’une main posée sur la rampe d’escalier gravir les marches à toute vitesse. Les talons de cette personne claquaient dès qu’ils touchaient le sol, un son assez strident cette fois-ci. Montant les marches deux à deux, il fini par rattraper la jeune femme propriétaire des talons.

- « Merde... impossible de me calmer... mais que vais-je devenir ?! »

La jeune femme était très sexy dans son corset laissant libre la vue dans son magnifique décolleté. Sa jupe laissait entrevoir une partie de ses bas en dentelle. Mais en plus d’être bien habillée, Ren devait le reconnaître, elle était canon. Elle l’était d’autant plus ainsi assise dans les marches d’escalier, dos au mur.
C’est alors que cette beauté fondit en larme, comme un chocolat fond au soleil. Ren fut surpris, car il ne s’attendait à l’entendre pleurer ainsi, car pour l’entendre, ça tout l’étage devait pouvoir le faire. La discrétion n’était pas de sortie aujourd’hui.
Ne sachant quoi faire, il décida de se rapprocher d’elle. Quoi dire, quoi faire ? il n’en savait vraiment rien ! Il n’avait jamais été doué pour réconforter les autres, c’était plutôt lui qui les faisait pleurer d’habitude, même si l’intention n’était pas là.
Il lui tendit alors un mouchoir en tissu sorti de sa poche. Il lui jeta un regard, qui fut tout de suite aspiré dans le décolleté. « Mais c’est pas le moment…mais j’ai jamais vu une poitrine pareil ! »
Il détourna vite fait le regard, puisqu’il se sentait rougir à la vue de tels attributs. Il se sentait bien stupide sur le coup, il en avait pourtant vu des loloches dans les magasines pour adultes, il en avait déjà touché, peloté etc… mais pas des aussi imposants certes.

- « Tenez, ça pourrait vous être utile »

Il s’était enfin décider à parler, ce n’était pas trop tôt ! Pourtant c’était pas le genre timide, au contraire ! Franc, insolent, qui dit merde quand il en envie. Mais soyons honnête, face à une jolie femme Ren est bien faible; comme tous les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Jeu 22 Avr - 22:56

Trop occupée à pleurer toutes les larmes de son corps pour une obscure raison, Sachiko ne vit même pas le mâle entrer en scène et s'approcher d'elle tout en la regardant en détail. Habituellement, elle aurait fait ses poses aguicheuses pour tenter de le mettre dans son lit, mais aujourd'hui rien. Ce n'est qu'en entendant ses paroles que l'enseignante daigna porter son regard rougit par les larmes vers cet homme qu'elle avait certainement dû entrevoir de loin. Il était beau gosse et semblait bien roulé en-dessous de ses vêtements. Un sportif, ça c'était certain à la vue de son impressionnante carrure. Un homme fort, cela ne pouvait être que bon pour elle... mais peut-être pas pour lui... Elle accepta le mouchoir entre deux soubressauts et se moucha assez bruyamment. Encore une fois, l'étage supérieur avait pu avoir un aperçu du chagrin du professeur qui semblait être dans un grand instant de faiblesse. La jeune femme essuya le reste des larmes qui avaient roulé sur ses joues devenues rouges à cause du frottement de ses doigts contre sa peau. Elle essaya tout de même de prononcer quelques mots malgré la voix toute tremblottante.

"Snif... merci... Si vous saviez comme je me sens mal ! Je me sens si seeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuule !"

A peine s'était elle calmée, la revoilà repattie dans un flots de sanglots inépuisables. L'homme essayait tant bien que mal de la rassurer, mais rien n'y fit : elle déprimait. Sachiko se colla contre son nouveau confident en lui serrant la jambe. Là encore, ses lamentations raisonnaient dans les escaliers.

"Pourquoi être aussi cruels envers les femmes ?! Qu'est-ce qu'on a fait pour mériter un tel châtiment ?! J'aime souffrir, mais là ça fait beaucoup trop mal... trop mal... snif... Bouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !"

Décidément, elle ne semblait connaître que les pleurs incessants d'une véritable gamine en pleine crise de caprice. Mais le pire dans tout cela était pour le pauvre homme abandonné dont la jambe était compressée entre les seins de Sachiko avec ses ongles qui commençaient à rentrer dans la peau. Mais que pouvait-il lui arriver pour qu'elle soit dans un état pareil ? La raison ne tarda pas à sortir de sa bouche, après tout elle avait besoin de se confier.

"Ca fait trois jour que j'ai pas baiser comme une chienne !!! Pourquoi faut-il que j'ai mes règles maintenant ?! J'veux me faire monter, attachée au lit ! Mais j'peux paaaaaaaaaaaaas ! J'veux être soumise au premier venu... c'est trop cruel... la vie est trop cruelle... je veux mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !"

Elle passa ses doigts entre ses seins et en sorti une lime à ongles en métal qu'elle pointa sur sa gorge comme pour se la transpercer et en finir avec son malheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Lun 26 Avr - 22:44

Quand elle daigna enfin remarquer sa présence, la bombe sexuelle avait un regard rougit par les larmes. Pourquoi pleurait-elle autant ? Ren se posait bien évidemment la question. Peut-être s’était-elle fait plaquer ? Elle prit le mouchoir et se moucha bruyamment avec. Plusieurs trompettes et cors n’auraient sans nul doute pu reproduire se bruit désagréable et si peu féminin. L’étage devait en baver en ces derniers instants, de même que les oreilles de Ren…
La jeune femme tenta d’essuyer ses larmes de crocodile qui recoulèrent le long de ses joues dans la seconde qui suivait.

- "Snif... merci... Si vous saviez comme je me sens mal ! Je me sens si seeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuule !"

La jeune femme vint se coller à la jambe de Ren, qui put alors sentir sa poitrine ferme et volumineuse. Cette position l’excitait, mais il se retenait pour ne pas froisser la jeune beauté. La vue plongeante dans le décolleté n’améliorait pas les choses non plus. Les larmes de crocodiles n’en finissaient plus, elles s’étaient transformer en un torrent incontrôlable.

- « Pourquoi être aussi cruels envers les femmes ?! Qu'est-ce qu'on a fait pour mériter un tel châtiment ?! »

Ren fut alors quasiment certain qu’elle s’était fait plaquer. La dernière fois qu’il avait entendu ce genre de lamentation une rupture en était la cause. Mais il revint vite sur son idée en entendant la phrase suivante.

- « J'aime souffrir, mais là ça fait beaucoup trop mal... trop mal... snif... Bouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !" »

Ren eu mal, une douleur perçante à la jambe. Il ne broncha pas, pas de « aïe » ou de « ouille », il regarda juste la femme désemparée planté ses longs ongles dans son mollet et sa cuisse. Ça lui rappelait quelque chose, mais quoi… il était certain d’avoir déjà aperçu cette nana dans les couloirs, ou à travers la cour. On lui avait fait une remarque sur elle, aahhh, le genre de truc qu’il n’était pas sensé oublier.
Ne vous en faites pas, la mémoire lui revint vite, en même temps que cette bombe à retardement repris la parole.

- « Ca fait trois jour que j'ai pas baisé comme une chienne !!! Pourquoi faut-il que j'ai mes règles maintenant ?! J'veux me faire monter, attachée au lit ! Mais j'peux paaaaaaaaaaaaas ! J'veux être soumise au premier venu... c'est trop cruel... la vie est trop cruelle... je veux mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir ! »

C’était la prof d’éducation sexuelle ! Ça lui était revenu ! On lui en avait parlé…d’une certaine manière…genre qu’elle était nymphomane et sado-maso. Ça se confirmait à entendre ses propos. Par contre la pression sur la jambe du prof de sport se fit ressentir une nouvelle fois, puisque cette prof venait de retirer ses ongles de la chair de Ren. Mais je ne vous raconte pas la stupeur de ce dernier quand il la vit prendre une lime à ongle et à se la pointer en travers de la gorge. Lui n’aimait pas les suicides, même les fake.
D’un revers de main il chassa l’objet loin des mains de la jeune femme. Instinctivement il lui attrapa aussi les deux poignets qu’il serra fermement, mais pas trop non plus, histoire que le sang circule.

Elle l’excitait dans sa tenue provocatrice de désirs. Ses propos avaient rajouté de l’huile sur le feu. Ça avait donné des idées à Ren, et pas qu’un peu. Cela faisait un moment que lui non plus n’avait plus eu quelqu’un dans son lit, même plus que trois jours.
D’un geste, il l’a tira afin qu’elle soit debout, et avant même de lui permette de faire quelque chose d’autre, il la plaqua contre le mur, poignets au dessus de la tête. Il approcha alors ses lèvres de l’oreille délicate de la jolie.

- « Et si j’étais ce premier venu ? »


Le ton était doux, mais ferme, avec une petite pointe d’ironie. Il avait presque chuchoté à son oreille, il en mordilla un peu le lobe au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Ven 30 Avr - 15:44

On se serait cru dans un feuilleton à l'eau de rose digne des Feux de l'amour. Cet homme la retint avec une telle ardeur que Sachiko le dévora des yeux avec une expression de détresse. Quoi qu'on en dise, elle savait y faire pour toucher un homme avec un sentiment comme celui-ci. La jeune femme se montrait avec tant de joie de vivre et d'exhubérance que de la voir dans un état pareil ne pouvait signifier qu'elle était dans une réelle impasse sentimentale. Mais aux yeux du jeune homme, elle était plus que désirable. Il avait envie d'elle, se délecter de sa chair. Sans un mot, il l'attira à lui pour la relever et la plaquer contre le mur. Sachiko était encore abasourdie et n'eut même pas le réflexe d'échapper à l'étreinte de son sauveur. Celui-ci se pencha vers elle pour lui susurer quelques mots.

- « Et si j’étais ce premier venu ? »

A la fin de cette phrase quelque peu curieuse, il lui mordilla le lobe comme pour l'exciter à son tour. Mais l'expression du visage de l'enseignante changea du tout au tout.

"Tu te fous de moi ou quoi ?!"

Rassemblant ses forces, elle repoussa l'homme avec une grande énergie. Cette fois-ci, c'est elle qui vint le plaquer au mur en empoignant fermement son T-shirt. Sachiko ne semblait pas très commode.

"J'te dis que j'ai mes règles ! T'es bouché ou quoi ?! Les anglais ont débarquéééééé ! D'accord t'es canon, j'ai bien envie de me soumettre à toi, mais là c'est PAS POSSIBLE !"

Après s'être énervée un bon coup sur lui, elle soupira et alla enfouir son visage dans le creux qu'offrait le coup du professeur. La jeune femme était redevenue innofensive, bien loin de son comportement habituel. Dans d'autres circonstances, elle aurait pu l'avoir dans son lit quand elle le voulait, mais là toute tentative de séduction serait réduite à néant. Cependant, sentir sa peau contre sa joue était si tentant. Sachiko voulait bien jouer avec lui un petit peu. Seulement, si elle commençait, elle allait être frustrée, et même si elle aimait souffrir moralement l'idée de ne pas pouvoir consommer la chair d'un nouvel amant la rendait si triste. Que devait-elle faire ?

"Au fait... si tu veux me faire de l'effet... ce n'est pas comme ça qu'il faut me mordre..."

Les mains posées sur son torse, Sachiko releva la tête jusqu'à atteindre l'oreille de l'homme. Elle lècha du bout de la langue son lobe avant de le serrer entre ses dents et le mordre très fort. Ses incisives étaient plutôt coupantes, et la douleur ne pouvait être que plus forte.

"Ca, ça me fait de l'effet ! Ne me traite pas comme une de ces gamines que tu reluques pendant un de tes cours. Ce dont j'ai besoin, c'est d'un homme qui sache me mettre à genoux devant lui pour que je lui en redemande encore et encore. Et crois moi, je suis très très difficile..."

Elle se voulait provoquante et encore plus désirée. La savoir prête à se laisser aller à toutes ses envies devait beaucoup plaire au professeur, mais de ne pas pouvoir assouvir ses fantasmes devait être tellement frustant. Sachiko s'en jouait, au moins ils étaient tous les deux dans une impasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Sam 1 Mai - 23:35

A peine Ren avait-il terminer sa phrase qu'il plongea son regard dans celui de sa collègue. Il compris alors qu'il avait surement dit quelque chose qu'il ne fallait pas. Elle avait l'air en colère, la sentence ne tarda d'ailleurs pas trop à tomber.

- « Tu te fous de moi ou quoi?! »

Elle le poussa de toutes ses forces pour sortir de son étreinte, cette fois ci c'était Ren qui était plaqué contre le mur. Elle avait l'air si frustrée qu'elle empoigna le T-shirt du prof de sport avec une telle violence que celui ci manqua de se déchirer.

- «J'te dis que j'ai mes règles ! T'es bouché ou quoi ?! Les anglais ont débarquéééééé! D'accord t'es canon, j'ai bien envie de me soumettre à toi, mais là c'est PAS POSSIBLE !

Ren s'attendait à se faire gifler, mais la claque ne vint pas. Au lieu de cela, la beauté fatale vint enfouir sa tête dans le cou de Ren, au grand plaisir de celui-ci. Il aimait sentir
la fermeté de sa poitrine collée à lui. Il en imaginait des scènes interdites aux moins de 18 ans. Il n'avait cependant jamais vraiment eu d'expérience en sadomasochiste, cela pouvait être excitant d'y penser, mais que cela serait-il en vrai? Pas de réponse, tant pis.

- «Au fait... si tu veux me faire de l'effet... ce n'est pas comme ça qu'il faut me mordre...»

Elle releva la tête, allant jouer du bout de la langue avec le lobe d'oreille, un peu comme Ren l'avait fait avant. Cependant Sachiko n'avait pas volé sa réputation de sadomasochiste et le lobe du pauvre professeur la sentie passer. En effet, la jeune femme
vint mordre ce petit bout d'oreille comme s'il s'agissait d'une bête affamée. Ren ne put cacher sa douleur, car avouons le, ce petit bout de chair reste un endroit super sensible. Je suis sûre que c'est pour cette raison que les enfants n'aiment pas se faire tirer les oreilles lorsqu'ils ont fait un bêtise. La bonasse avait mordu tellement fort que des gouttes de sang coulaient jusqu'à se perdre dans le cou, puis dans le T-shirt de l'homme musclé.

Elle se retira enfin, la douleur faisant place à un sentiment de soulagement, et bizarrement de déception. Pourquoi, Ren n'en savait rien.

- « Ca, ça me fait de l'effet ! Ne me traite pas comme une de ces gamines que tu reluques pendant un de tes cours. Ce dont j'ai besoin, c'est d'un homme qui sache me mettre à genoux devant lui pour que je lui en redemande encore et encore. Et crois moi, je suis très très difficile... »

Le défi, Ren aimait ça. Et s'il y avait une chose qu'il aimait encore plus, c'était la compétition. Quand il voulait avoir quelqu'un dans son lit, il faisait presque tout pour
obtenir gain de cause. La femme qui se tenait devant lui ne faisait pas exception. Et ce qu'il aimait déjà chez elle, c'est qu'elle savait ce qu'elle voulait et qui elle désirait. Il
avait compris qu'il pouvait jouer franc jeux, quitte à redevenir, le temps d'une soirée – ou plus – le voyou irrespectueux, crevard et vulgaire qu'il était il n'y a pas si longtemps. L'avantage d'avoir ce genre de passé, c'est qu'il s'en était déjà pris plein la tronche: des
baffes, des poings, des pieds, des battes de base ball ou des barres de fer. La douleur ne lui faisait pas peur, les cicatrices sur son corps en constituaient déjà la preuve.
En plus de savoir ce qu'elle voulait, cette prof hors du commun avait un physique qui jouait à son avantage, et associé à son attitude, peu d'homme devait lui résister.

Ce petit jeu, car tout ceci n'était qu'un jeu au final, l'amusait déjà. Ses yeux changèrent, non pas dans leurs formes ou dans leurs couleurs, mais dans l'expression qu'ils dégageaient. Oui, il allait jouer. Il prit cependant soin de vérifier l'absence de témoin oculaire aux alentours d'un rapide mais efficace coup d'œil.

- « Oh non, je ne vais pas te traiter comme une gamine. Tu mérites mieux que ça... »

Son visage affichait un sourire, sourire qui pouvait en dire long sur ses intentions. Même si ce n'était pas dans sa nature première, Ren avait sa dose de sadisme. Il n'aimait pas faire
souffrir les gens, surtout les femmes. Mais la supplications de Mlle Sado-Maso l'avait convaincu que ce n'était que son plaisir à elle, et à lui aussi bien entendu. Il commença par lui tourner autour, au sens propre du terme. Puis lorsqu'il fut dans son dos il lui donna une fessée, laquelle résonna dans tout l'escalier. Vous imaginez une fessée d'un lanceur de
poids? Non? Et bien tant pis pour vous. Ren a de la force et il le sait très bien. Donc quand il donne une fessée comme celle-ci, bah ça fait mal automatiquement. D'un côté, c'est ce qu'elle voulait. Et comme il était dans son dos, il lui attrapa les hanches, positionnant une main dans l'entre deux jambes de l'objet de son excitation.

- « Tu sais, que tu sois réglée...ça n'est au final pas mon problème. »

Il bougea sa main, la faisant remonter le long des fesses. Mais il s'arreta à l'endroit supposé de l'anus. L'autre main? Elle était sur la gorge de la jeune femme. Il y exerçait
une pression suffisante pour que la respiration en soit gênée, mais bien insuffisante pour la stopper. Son but n'était pas de la tuer quand même, il n'était pas adepte de la nécrophilie.

- « Et en plus de ça, t'as un autre trou de libre. »

Il l'attira à lui. Lui griffa la poitrine avec ses clé de moto au passage. Il les avait sortit exprès, mais il savait que cela ne constituait pas un argument de valeur. Elle devait avoir
l'habitude d'autres choses et c'était certain. Alors, il se laissa aller à son premier enseignement. Il la mordit comme elle l'avait fait, sans retenue. Il allait lui laisser une marque dans le cou. D'ailleurs il ne se retira qu'après avoir goûté au sang sucré de sa nouvelle cible. Il la poussa en avant, assez pour qu'elle se retrouve à quatre pattes par terre, laissant une jolie vue sur ses sous vêtements.

- « Fait la chienne, et je te ferai mal. »

Il est clair que c'était un ordre, le ton y était, le regard y était. Le gentil prof n'était plus là.
Il fallait s'y attendre, tout le monde possède une face cachée. Et puis, elle l'avait clairement inciter à la soumettre. Quoi de mieux comme image que celle-ci?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Dim 2 Mai - 20:24

Son coup était réussi. En même temps, ce n'était pas très compliqué de le faire saliver sur sa plastique. Ce type d'homme, ancien voyou reconverti en professeur, ne pouvait pas laisser filer un défi pareil. Ainsi le jeu allait commencer entre Sachiko et Ren, dont le prénom revenait enfin à l'esprit de la jeune femme. Il était professeur d'éducation physique; un beau parti en somme ! Ne manquait plus que de voir ce qu'il valait en dessous de la ceinture, mais pour le moment la jeune femme ne s'en inquiètait aucunement. La partie semblait être bien engagée lorsqu'il se mit à tourner autour d'elle. Instinctivement, Sachiko se cambra un peu plus afin de présenter ses plus beaux atours. Cette nouvelle pose fut très appropriée à la fessée que l'homme lui attribua. Un gémissement de plaisir sortit de la bouche de la jeune femme qui se mordilla la lèvre inférieure en soupirant.

*Huuuuum que c'est boooooooon ! Sachiko tu as trouvé le mâle du lycée je crois !*

Ses pensées furent interrompues par Ren qui vint la saisir aux hanches et poser sa main à cet endroit qui lui empêchait de ressentir du plaisir sexuellement depuis quelques jours. Mais cela ne semblait gêner en rien notre professeur qui le lui fit savoir.

« Tu sais, que tu sois réglée...ça n'est au final pas mon problème. »

En effet, sa main se balada le long de la fesse, jusqu'à toucher l'anus de Sachiko qui manquait d'air. Son nouvel amant en avait profité pour exercer une pression suffisante au niveau de la gorge, soumission assez classique mais toujours fortement appréciée chez les personnes ayant les mêmes plaisirs de l'enseignante. D'ailleurs, celle-ci reprennait goût au plaisir dont elle avait décidé de s'abstenir depuis les premières gouttes de sang qui avaient coulé.

« Et en plus de ça, t'as un autre trou de libre. »

*Aaaaaaaaah il sait vraiment parler aux femmes...*

Par chance, Sachiko mettait des tampons, du coup aucune gêne au niveau des sous-vêtements ! Ren la griffa avec ce qu'il semblait être des clés, à en juger par la sensation de froid et la douleur ressentie à ce moment sur ses seins. C'était une bonne initiative de l'agent qui devait attribuer de l'importance à son véhicule. Là encore, les fantasmes de la jeune femme allaient bon train.

*Si c'est un motard, il va me chevaucher comme un dieu... et s'il avait un pantalon en cuir ?! Raaaaaah si j'pouvais j'en mouillerais !*

Un autre gémissement s'échappa de la bouche de Sachiko qui ressentit une vive douleur à la gorge, faîte par des dents cette fois. A l'évidence, la leçon avait servi, pour le plus grand bonheur de notre Sado-Masochiste qui était à quatre pattes au sol après avoir été poussée. A présent, Ren jouait à lui donner des ordres. L'oeil aguicheur, la jeune femme bougeait lassivement ses fesses et grognait d'envie. Le regard de cet homme était un enchantement, sa voix dominatrice une douce mélodie. Mais alors qu'il s'approchait, Sachiko se releva vite fait et commença à courir dans les escaliers.

"Si tu me veux, viens me chercher !"

Quoi de mieux pour émoustiller son partenaire que de se faire désirable en jouant au chat et à la souris. C'était parti pour une course folle dans les escaliers et dans les couloirs, où les rires de Sachiko résonnaient.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Ven 7 Mai - 19:10

Visiblement, Ren faisait son petit effet sur la jeune femme à entendre ses gémissements répétés, à croire qu’elle ne voulait plus que lui entre ses cuisses. Ah pardon, ce n’est pas la bonne période donc ce ne sera pas entre ses cuisses finalement. Le petit jeu entre ces adultes plus que consentant était excitant, assez excitant pour que Ren en perde son japonais en tout cas. Depuis qu’il lui avait montré qu’il avait décidé de mener la danse, elle se cambrait pour en redemander. Elle gémissait de plaisir et il était persuadé que ses mamelons devaient se durcir au fur et à mesure des petits plaisirs qu’il lui infligeait, les gros venant pour plus tard.
Elle sembla encore plus satisfaite lorsqu’il la prit à la gorge tel un vampire. En y repensant, cela faisait un peu cliché surement, vous ne trouvez pas ? Après tout on s’en fou, tant qu’il y a de l’action…
Elle se pavana devant lui, à quatre pattes, donnant encore plus d’idées et de fantasmes à assouvir au sportif. Ses grognements ressemblaient plus à des « ronrons » attirants, vous savez, ceux qui veulent dire « alors tu viens ? ». D’ailleurs, Ren ne tarda pas vraiment à s’approcher de cette beauté fatale dont les attributs mammaires remuaient de droite à gauche puis de gauche à droite au fur et à mesure des gestes de Sachiko. Cette dernière se releva alors que Ren n’avait encore pratiquement pas bougé.

- « Si tu me veux, viens me chercher ! »

Elle courut alors se réfugier dans les escaliers, dans un éclat de rire qui n’avait plus rien à voir avec les pleurs qu’elle avait pu verser plus tôt. Elle ressemblait plus à une chatte qu’à une chienne en fin de compte. En effet, les chiennes sont obéissantes quand elles sont bien dressées, les chattes quand à elles sont lunatiques. Si elles veulent un câlin elles vous le font savoir mais elles sont très espiègles. La course folle dans les couloirs et escaliers était lancée ; la bombe sexuelle ayant une avance sur le décoloré. C’est le sourire aux lèvres que Ren se jeta dans la course. Et évidemment, ce n’est pas marche par marche qu’il allait gravir ces escaliers, mais trois par trois au moins. N’oublions pas qu’il est professeur de sport et que par conséquent il possède la détente et l’endurance. S’il avait voulu les monter quatre par quatre cela aurait été faisable, mais avec un risque plus élevé de déraper et de tout recommencer.

Il lui était simple de suivre Sachiko, même sans la voir, il lui suffisait d’écouter ses talons heurter le sol à chacun de ses pas. Où voulait-elle aller comme ça ? Il ne le savait pas et n’en avait que faire. A la seconde où il aperçu la chevelure de l’enseignante, il accéléra un peu le pas. Non, en fait il courrait carrément. Il réussi donc à la doubler et à lui bloquer le passage.
Il ne transpirait que très peu au final, mais il transpirait plus d’avoir chaud que d’avoir couru.

- « C’est vilain de partir comme ça… »

Il se rapprocha un peu, encore, encore, jusqu’à se retrouver en face d’elle. Les idées ne manquaient pas dans ce cerveau masculin. Il aimerait bien voir ses dessous, mais arracher ses vêtements n’était pas, bien que très excitant, la solution pour laquelle il opta.
L’attrapant à la taille comme l’aurait fait un amant, Ren n’attendit pas trois ans avant de faire basculer la jolie coquine par-dessus son épaule, la portant comme un sac à patate. Une deuxième puis une troisième fessées vinrent claquer de nouveau les fesses rebondit du professeur d’éducation sexuelle.

- « Ne t’inquiète pas, ce n’est que le début de ta punition »

Il avança alors, sentant les ongles de Sachiko se planter dans ses fesses à présent à sa portée. Que c’était excitant toute cette bestialité. De sa main droite, la gauche tenant Sachiko par la taille pour ne pas qu’elle tombe de son épaule, Ren décida de relever la jupe déjà bien courte du la sadomasochiste. N’importe qui passant dans le couloir aurait pu aisément voir sa petite culotte ainsi que son porte jarretelle. Tournant la tête, il lécha d’abord ce petit coin de fesse à la peau de pêche, avant de le mordiller du coin des canines. Il mordait dans ce fruit de temps à autre, laissant de nouveau quelques marques de crocs.
Il s’arrêta alors devant une salle visiblement vide comme toutes les lumières étaient éteintes.

[ggnnniii]

La porte grinça, Ren la referma derrière eux. Il la bloqua grâce à deux chaises, il avait appris ça dans sa jeunesse. N’écoutant que son instinct, il allongea d’une manière peu délicate Sachiko sur le bureau. Il la surplombait, regardant droit dans les yeux sa nouvelle cible. Il vint lui murmurer tout en pinçant un de ses mamelons :

- « Alors, tu va être obéissante maintenant…Ou alors préfères-tu que je redevienne gentil ? »

Une bonne dose de cynisme emplissait cette phrase. Il jouait avec elle, sachant bien qu’elle n’était pas intéressée par les gentils garçons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Dim 9 Mai - 12:32

Est-ce qu'il se prenait au jeu ? Apparement oui, à entendre les bruits de pas derrière Sachiko qui s'élançait tant bien que mal dans les couloirs et les escaliers un peu glissants. C'est sûr qu'en talons aiguilles elle n'allait pas piquer des sprints. Mais cela n'importait peu puisque le but était d'exciter un peu plus son poursuivant qui était de plus en plus près. La jeune femme tourna un instant la taille pour juger de la distance qui les séparait, mais elle fixa de nouveau son regard droit devant elle pour reprendre de la vitesse. Le son de ses talons faisaient échos dans les couloirs, et le rythme qui descélèrait montrait les premiers signes de fatigue. Il ne fallut plus beaucoup de temps au poursuivant pour attraper sa proie et la garder rien que pour lui. Leur regard se croisèrent avec envie, puis Ren prit Sachiko par la taille et la fit basculer sur son épaule.

"Maieeeeeeeeuuuuuuuh ! C'est pas du jeu !"

L'ex-voyou en profita pour donner quelques fessées à la sado-masochiste qui poussait des petits cris de plaisir à chaque fois.

« Ne t’inquiète pas, ce n’est que le début de ta punition »

"Mais j'y compte bien mon grand !"

Voyant les jolies fesses du professeur d'éducation physique, la prof sexy ne put s'empêcher d'avoir les mains baladeuses et de les empoigner fortement. Ren pouvait alors sentir de nouveau les ongles de la jeune femme à travers son pantalon, mais cela n'avait pas l'air de lui déplaire. D'ailleurs, il se montra encore plus impatient de dévorer sa prise en relevant la jupe de l'enseignante et de goûter au bout de ses fesses. Après avoir poussé un autre petit cri, Sachiko se mit à ronronner pour en redemander. Elle avait enfin trouvé une personne extérieure aux soirées qu'elle fréquentait qui savait lui parler. La belle était aux anges.
Ren finit par s'arrêter, et le grincement d'une porte qui s'ouvre parvint aux oreilles de Sachiko qui ne pouvait rien voir de ce qu'il se passait devant. Ils entrèrent dans une salle où les lumières étaient éteintes. Les choses sérieuses allaient enfin commencer, à la grande joie de la jeune femme qui trépignait d'impatience sur l'épaule de son collègue. Ce dernier prit soin de bloquer le loquet de la porte pour qu'ils soient tranquils. Après avoir sécurisé l'entrée, il la posa sur un bureau qui lui fit un peu mal au dos. Ren la regardait tout en pinçant un de ses mamelons, se qui fit se cambrer Sachiko.

« Alors, tu va être obéissante maintenant…Ou alors préfères-tu que je redevienne gentil ? »

"Ca dépend... tu veux une réputation de bête de sexe ou non ?"

A première vu, la jeune femme était tout aussi diposée que lui à jouer avec les mots. Elle laissa glisser son ongle du menton jusqu'à l'encolure du T-shirt de Ren, tandis que sa cuisse lui caressait le flanc. L'atmosphère se chargea d'une sensation pleine d'envie. L'envie... Sachiko en avait de plus en plus. Elle arrivait à la cumuler, mais parfois il lui fallait exploser. La jeune femme hésita un instant, mais ne tarda pas à se relever un peu afin d'aller chercher les lèvres de Ren et de les mordiller sensuellement.

"Alors... tu te décides ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Mar 11 Mai - 15:51

Elle se cambra de plaisir lorsque Ren lui pinça les mamelons, apparemment elle avait hâte que les choses sérieuses commencent, ou en tout cas son corps en rêvait, et pas besoin d’être devin pour ça.

- « Ca dépend... tu veux une réputation de bête de sexe ou non ? »

Cette remarque le fit sourire, comme s’il se moquait d’elle en la prenant de haut. Lui ? Vouloir une réputation de bête de sexe ? Loin de là, il n’en avait que faire de ce genre de futilité, bien qu’il ne se rappelle pas avoir eu une partenaire insatisfaite. De toute manière la bête…il l’était déjà. Et même s’il ne le disait jamais, il ne se considérait pas comme un débutant en matière de plaisirs charnels.
Elle voulait le déshabiller à la manière dont elle laissa son ongle aller du menton à l’encolure de son T-shirt. En même temps, la cuisse de la professeure d’éducation sexuelle vint caresser le flanc de Ren, l’appelant à venir lui faire plaisir. Plaisir qu’elle partagerait sans doute en retour.
Elle se releva, sa poitrine manquant de peu de sortir de ses étreintes, afin que son visage se rapproche de celui du jeune homme vigoureux. Leurs lèvres se rapprochèrent jusqu’à venir se mordre un peu, se mordre d’envie. L’atmosphère se faisait de plus en plus sensuelle.

- « Alors... tu te décides ? »

En guise de réponse, Ren la plaqua de nouveau contre le bureau avant de la chevaucher, maintenant fermement les hanches de Sachiko entre ses cuisses cette fois-ci. Rapprochant son buste de celui de la jeune bombe, l’ex-voyou vint défaire les chaînes qui retenaient les seins volumineux de cette demoiselle. Le corset de cuir une fois ouvert, plus rien n’empêchait Ren d’admirer la magnifique plastique qu’il avait devant les yeux. Cela donnait envie, oui, envie… Titiller le mamelon d’abord, en le pinçant, en le tirant, en le maltraitant et une fois ce dernier à point, le lécher quelques secondes avant de la martyriser encore, mais avec les dents cette fois-ci. Le mordre, le faire saigner, le faire agoniser. Surtout ne pas lui laisser de répit, jusqu’à ce qu’elle crie.
Quand les premières gouttes de sang coulèrent de chacun des deux mamelons, Ren ne put s’empêcher de sucer ce sang sucré, sucer jusqu’à laisser un suçon. S’appuyant sur elle pour se redresser, le jeune prof n’allait pas lui laisser de répit. A quatre pattes au dessus d’elle, il vint lui voler un baiser, un baiser rapide et par conséquent violent. Il en avait néanmoins profité pour passer une main sous la jupe de tailleur. Cette main qui s’était fait un chemin jusqu’à l’unique sous vêtement que Mlle Sachiko portait : sa jolie petit culotte.
Les doigts du mâle semblaient connaître ce chemin commun à toute femme. Il caressa l’endroit où se trouvait le bouton de rose, comme le nommait les poètes. Oui, c’était bien là, et après une caresse ou deux, le professeur vint pincer cet endroit de plaisir féminin.

Puis il s’arrêta net, coupant court à tout plaisir possible. Il se releva doucement avant de venir s’asseoir dans le siège à roulette réservé au maître de la classe. Il regarda la sadomasochiste avec envie, ça lui coûtait un peu de faire durer les choses, de dompter la bête en lui.

- « Tu n’espérais tout de même pas que j’allais tout faire tout seul ? »

Il ricana un peu, se léchant le bout des doigts

- « Alors ? Je pourrais en faire d’avantage, si tu me montre tes capacités de…persuasion. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Mer 19 Mai - 12:08

Ren sentit l'empressement de la jeune femme se tortillant sous lui, désireuse de connaître de nouveau ce qu'on ressent lorsque deux êtres se consomment dans un lieu insolite. C'était très excitant, un élève, un professeur, ou même le directeur pouvait passer par-là et les entendre. Leur carrière serait en jeu, mais cela n'importait que trop peu aux deux amants qui se défiaient du regard. Après que Sachiko eut prononcé ses dernières paroles, le mâle reprit le dessus sur sa proie en la plaqua de plus belle sur le bureau et la chevaucha, prêt à en découdre avec elle. Là c'était sûr, Sachiko ne pouvait plus bouger, même pas ses jambes coincées entre les cuisses de Ren. Celui-ci ne tarda pas à délivrer la poitrine de l'enseignante du corsage. Voir son simple décolleté était déjà un spectacle en soi, mais de voir ces seins d'une taille généreuse était tout bonnement époustouflant. Mais avant de les croquer, l'ex-voyou décida de jouer un peu avec les mamelons de la jeune femme qui essayait de se cambrer à chaque pincement. Lorsqu'il se décida enfin à les mordre, Sachiko essaya de taire ses gémissements en pinçant ses lèvres. Mais cela ne servait à rien, elle s'était abstenu trop longtemps. La jeune femme ressentit cette sensation de sucion qui était des plus agréables. Cela semblait plaire à Ren qui mit du temps avant de revenir vers son visage pour lui voler un baiser. Sachiko acceptait rarement d'être embrasser lorsqu'elle couchait avec quelqu'un, mais elle n'allait pas faire la difficile à un moment pareil ! Ce baiser fut même très plaisant et était une bonne mise en bouche. La sado-masochiste en redemanderait presque si son attention ne s'était pas portée au pincement que son amant venant de lui faire à l'entre-jambe. Cela la fit sursauter et elle ne put s'empêcher de lâcher un petit cri de plaisir. Alors qu'elle s'attendait à ce qu'il enlève sa culotte, Ren décida d'aller s'installer sur le siège devant le bureau.

« Tu n’espérais tout de même pas que j’allais tout faire tout seul ? »

Hum, ce n'était pas faux... Sachiko eut un sourire carnassier en imaginant tout ce qu'elle pourrait lui faire. Leur environnement ne leur offrait pas grand chose, mais l'enseignante serait capable d'improviser.

« Alors ? Je pourrais en faire davantage, si tu me montre tes capacités de…persuasion. »

"Pas de problème chéri..."

Assise sur le bord du bureau, Sachiko donna un coup de pied qui expédia le professeur et sa chaise à roulettes contre le tableau. La chaise manqua même de tomber, mais Ren avait réussi à se rattraper malgré sa surprise. La jeune femme s'avança vers lui et posa son pied sur la cuisse du voyou, enfonçant un peu plus son talon aiguille.

"Je préfère te prévenir, quand t'y goûtes toutes les autres choses paraîtront fades..."

Elle appuya une nouvelle fois son pied pour le reposer par terre. Sachiko prit place sur les jambes de Ren, puis vint le saisir à la gorge. Elle le maintenanit suffisament pour qu'il ait l'impression de suffoquer. Dès qu'il eut la bouche entre ouverte, la jeune femme commença à l'embrasser langoureusement, tout en resserrant un peu sa prise. L'homme ne pouvait presque plus respirer ainsi, mais Sachiko savait à quelle moment elle pouvait lui permettre d'inspirer de nouveau assez d'oxygène. De son autre main, elle alla caresser les cheveux de son amant pour les tenir fermement juste après. Lorsqu'elle sentit que Ren commençait à avoir le tourni, elle le libéra enfin de son baiser fatale pour qu'il puisse respirer. Son torse se souleva d'un coup, mettant en évidence ses pectoraux sculptés avec le temps. Sans lui laisser trop de temps, l'enseignante enleva le T-shirt de son collègue et put à son tour admirer la plastique de celui-ci. Ca changeait des frêles petits japonais ! Sachiko promena ses ongles sur son torse tout en le mordillant dans le cou. Ses lèvres descendirent tout doucement sur le corps du professeur qui trouvait cela plutôt agréable, jusqu'à ce qu'elle décide de donner un coup d'incisives juste sur le téton. Mais Sachiko l'empêcha d'émettre le moindre son en claquant la main sur sa bouche. Sa langue fit le tour du téton comme pour calmer la douleur, puis elle le serra de nouveau entre ses dents en tirant un peu dessus. Il n'en fallut pas plus pour qu'une petite entaille se fasse à cet endroit, où quelques gouttes de sang commencèrent déjà à perler. La jeune femme en récupéra un peu sur sa langue, et alla l'offrir à Ren en l'embrassant de nouveau. Ce baiser eut ce goût de sang dont raffolait la masochiste.

"Alors... pas trop difficile ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Lun 31 Mai - 14:40

Les gémissements qu’avait émit sa collègue pendant que Ren la dominait l’avait plutôt bien excité. Si quelqu’un avait l’odorat assez sensible pour sentir les phéromones dans l’air, il aurait sans doute eu le nez plein tellement il y en avait. Visiblement l’ex-voyou avait su y faire, assez en tout cas pour que la jeune femme à moitié nue en redemande.

- « Pas de problème chéri... »

Prenant le plus coquin des sourires, elle l’envoya balader d’un grand coup de pied donné dans la chaise. Heureusement que le professeur pesait son poids et avait un minimum le sens de l’équilibre pour rétablir celui de l’engin expédié contre le tableau sinon il serait tombé. Ça aurait sans doute été une chute lamentable si ce n’est ridicule. Elle se leva, faisant de nouveau claquer ses talons sur le sol. Sa plastique se balançait de nouveau en
suivant le rythme donné par ses hanches. Un vrai délice. Mlle sadomaso se décida à poser son pied sur la cuisse du sportif, enfonçant par la même occasion son talon aiguille.

- « Je préfère te prévenir, quand t'y goûtes toutes les autres choses paraîtront fades... »

Elle retira son pied pour le reposer au sol afin de venir sur les jambes musclées de Ren. De sa main douce et délicate en apparence, elle le saisie à la gorge. L’étreinte ne laissait
pas passer énormément d’oxygène et le sportif fut bien obligé d’ouvrir la bouche à un moment donné. La belle choisie ce moment pour l’embrasser langoureusement. Elle resserra son étreinte, Ren recevait de moins en moins d’oxygène mais se laissait faire malgré tout. Pourquoi ? Un non initié aurait sans doute paniqué et se serait débattu. Lui savait par le biais de rumeurs qu’elle était sadomasochiste, et à la regarder elle savait ce qu’elle faisait. Puis tant qu’à crever, autant que ce soit par la main d’une femme aussi belle qu’elle, non ? Quelle étai cette sensation, on lui caressait la tête ? Non, on lui tirait les cheveux en arrière plutôt. Mais quelle différence y avait-il à présent ? Il se sentait tourner, encore et encore avant que sa bouche ne soit libérée. Il prit une grande bouffée d’air dès qu’il le put pour compenser le manque qu’il venait d’avoir. Il avait raison, une
vraie pro. Avant même de pouvoir faire quelque chose, l’enseignant se retrouva sans T-shirt. Une petite impression de fraîcheur depuis qu’il entré dans cette salle, enfin.

Quel pied de sentir une femme pulpeuse sur soi, baladant ses mains sur son torse ; Les cheveux de la belle venaient aussi le chatouiller, ce n’était pas désagréable. Mais elle décida de le mordre violemment sur le téton. Ren n’aurait pu s’empêcher de pousser un cri tellement la douleur était violente sur le coup, cependant la main de Sachiko bloquait
tout son voulant sortir. Ensuite il senti la langue de cette dernière se promener sur ton téton martyrisé. Quelques secondes plus tard, un liquide tiède s’écoulait de celui-ci. La sensation ne le trompa pas : c’était son sang qui coulait. Le goût de ce dernier ne tarda pas à lui être remit en bouche via un baiser de la jeune femme. Il le trouva un peu âpre, son sang, pas le baiser. Le baiser lui était plutôt agréable.

- « Alors… pas trop difficile ? »

Ren lâcha alors un sourire des plus narquois. Les femmes qui savent ce qu’elles veulent, ça lui plaisait vraiment. Elle n’en avait pas que dans les pis celle-là ! Portant sa main au visage de cette très belle femme, il lui caressa la joue avant de glisser sa main dans son cou. Il la laissa descendre jusqu’à ce que son pouce soit au dessus de la carotide. Il sentait son pouls battre assez vite. Il exerça alors une légère pression, assez pour faire comprendre à sa partenaire qu’il connaissait lui aussi certaines faiblesses du corps humain.

- « Pas besoin d’aller chez le pierceur avec toi… »

Il lui adressa un clin d’œil coquin avant de faire claquer sa main libre sur les jolies fesses de Sachiko. L’envie se faisait sentir dans tous ses muscles. La main sur le derrière de sa collègue, il chercha la tirette et une fois celle-ci trouvée il ne se fit pas prier pour la descendre. La pression sur la carotide augmenta d’un cran. Le sang alimentait le cerveau en oxygène, et comme ce liquide circulait désormais moins vite dans cette partie il ne faudrait pas longtemps avant qu’un être humain normalement constitué ne tombe d’évanouissement. C’est la raison pour laquelle il n’appuyait pas trop fort.

Une fois la jupe enlevée avec peu de délicatesse. En effet il l’avait tiré d’un coup sec afin de l’amener au sol, il avait manqué de faire tomber la propriétaire de cette jupe. Mais elle n’était pas tombée. La main de Ren remonta depuis le bas de la cuisse jusqu’à l’entre jambe de la demoiselle. Il se voulait plus entreprenant et reprit ce qu’il avait commencé. Ne se souciant guère du mince morceau de tissu le séparant de bouton de plaisir de
Sachiko, il y plongea sa main et pinça le dit bouton sans retenue.

Ren fini par retirer sa main de la gorge de la sadomasochiste pour se lever. Il entraina Mlle Sado avec lui jusqu’au bureau où ses fesses pulpeuses vinrent racler le bord. Les mains baladeuses, l’une resta sur le bouton de plaisir, l’autre cherchant la bouche de la partenaire. Caressant puis pinçant la lèvre de ses doigts, il la fit finalement glisser vers la nuque chercher les cheveux qu’il maintenant fermement en arrière. Il cessa de pincer le bouton de rose, préférant pincer les fesses fermes qu’offrait le professeur d’éducation sexuelle. Le souffle du sportif se faisait rauque dans la nuque de la belle demoiselle, il mâchouilla avant de mordre pleinement la chair tendre qu’offrait son cou pendant que son index pénétrait violemment l’entrée « interdite ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Lun 2 Aoû - 13:55

Le petit numéro de Sachiko avait trouvé un très bon public, très attentif et réactif. Elle n'en attendait pas moins d'un homme de la carrure de Ren qui, après s'être amusé avec des petites lycéennes, devait assouvir ses pulsions avec une femme de la trempe de notre prof SM. Quoi de plus merveilleux que de se présenter en s'envoyant en l'air dans une classe déserte ?! La jeune femme ne pouvait pas tomber mieux pour un premier contact avec un de ses collègues. Elle savait bien que cela allait finir par arriver, mais pas dans ces conditions. C'était une agréable surprise dont elle se délectera à chaque seconde.
Ren caressa le visage de sa collègue et laissa glisser sa main jusqu'au cou où il exerça une douce pression. Le cou est une des parties du corps les plus sensibles chez notre chère Sachiko qui trépignait.

"Le piercing se paie en nature avec moi..."

Un petit cri de plaisir sortit de la bouche de la jeune femme après qu'elle ait reçu une fessée érotique. Après une brève analyse, elle en conclut qu'il était plutôt doué dans ce domaine, à son plus grand plaisir. Tandis qu'il jouait avec la partie inférieure, Sachiko se préoccupait davantage sur la pression exercée au niveau du cou. Outre la difficulté à avaler sa salive, elle avait un peu le tourni comme si elle faisait un voyage dans une autre dimension. Cela n'empêchait en rien de ressentir du plaisir. Elle reprit un peu sur elle lorsque Ren lui enleva la jupe d'un geste brusque mais précis. Heureusement qu'il était là pour prendre appui sur son épaule afin de garder un peu d'équilibre ! Mais le sportif ne s'en soucia guère et était plutôt occupé à s'aventurer sur le corps de Sachiko, notamment des cuisses jusque l'entre-jambe qui allait de nouveau être le théâtre des plaisirs charnels. Pendant qu'il explorait les dessous de la demoiselle, celle-ci pencha légèrement la tête en arrière et respira plus profondément la bouche entre-ouverte. Les choses sérieuses allaient enfin commencer, bien que les préliminaires soient très importants aux yeux de l'enseignante qui ne manquait pas d'en faire les louanges lorsqu'elle donnait cours. Son esprit pédagogue s'était soudainement envolé lorsque Ren l'entraîna sur le bureau, raclant ses fesses au passage sur l'arrête du meuble qui avait plutôt pour habitude de voir défiler des copies d'élèves. La partie allait donc se jouer ici, inconfortable mais tellement excitant.
Sachiko ne savait plus où donner de la tête entre se laisser aller aux mains baladeuses qui cherchaient toutes les deux une chose bien précise, ou participer à ce petit jeu tactile. Pour le moment, elle était trop occupée à gémir dès que Ren exerçait la moindre pression sur son corps, que ce soit à l'entre-jambe ou sur ses lèvres. Elle en profita juste pour mordiller le bout des doigts de l'ex-voyou lorsqu'ils étaient à sa portée. Un autre gémissement sortit de sa bouche lorsqu'il fit basculer sa tête en arrière en empoignant ses cheveux et en les tirant. Son cou dégagé était prêt à recevoir les baisers sulfureux et les morsures de Ren qui ne se fit pas prier. Sachiko s'efforça de se retenir de crier lorsque son amant la mordit tout en faisant pénétrer son index là ou il ne devrait pas être. Afin de se contenir, elle se mordit la lèvre inférieure et griffa le dos du professeur qui commençait à faire aller son doigt d'avant en arrière. La jeune femme serra les cuisses et croisa les jambes derrière l'homme qui se pencha encore un peu plus vers l'avant. Il reprit de nouveau un peu de chair entre ses dents et la mordit.

"Huuuuum.... ouiiiii mords moooiiiiii !"

Pendant qu'il exécutait ses ordres, Sachiko fit glisser ses ongles sur le torse de Ren jusqu'à atteindre son bas ventre. Elle entreprit d'ouvrir le bouton et la fermeture éclair du pantalon afin d'y faufiler une de ses mains pour voir ce qui l'attendait.

*Oooooh le grand garçon ! J'ai de la chance qu'il soit au-dessus de la moyenne !*

Cela lui était arriver de refuser une relation sexuelle parce que l'attibut de son partenaire ne lui convenait pas. C'était une chance pour notre professeur de sport qui n'avait rien à envier à certaines personnes d'origine étrangère. Certes, les japonais ne sont en général pas gâtés par dame nature, mais elle avait bien voulu offrir à Ren de quoi faire jouir la demoiselle qui avait glissé la main en-dessous du sous-vêtement afin de confirmer sa pensée. Le moment était venu pour qu'elle puisse elle aussi jouer avec les mains, bien que l'ex-voyou soit déjà en érection. Pendant qu'une main s'occupait à stimuler le bas, Sachiko arracha de l'autre le visage de Ren de son cou en lui tirant à son tour les cheveux. Elle s'empressa alors d'aller fourer sa langue dans la bouche de son partenaire sans même lui adresser le moindre regard. C'était comme si elle dévorait un fruit bien juteux et qu'elle ne voulait pas en perdre une goutte.
Des bruits de pas commencèrent à se faire entendre dans le couloir. Le son de la voix permettait de dire que c'étaient des professeurs qui passaient par là, sans doute pour rejoindre leur salle de cours respective. Par chance, le bureau ne grinçait pas beaucoup, et les professeurs étaient bien trop occupés à discuter de choses et d'autres. Le fait que les deux amants pouvaient être découverts était d'autant plus excitant, et Sachiko ne manqua pas de faire un commentaire à ce sujet.

"Si on nous découvre... on les invite, ou tu me gardes que pour toi ?"

A dire vrai, l'idée qu'un professeur ou qu'un élève se joignent à la partie ne lui déplaisait pas du tout. Mais d'un côté, il lui fallait voir si Ren en vallait le coup tout seul et décider ainsi de l'inviter chez elle si l'occasion se présentait. Il avait l'air drôlement bien parti pour lui donner une bonne raclée érotique et la calmer pour la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Mer 11 Aoû - 18:41

Au fur et à mesure de ses « caresses », Sachiko-sama n’avait eu de cesse de gémir, d’en redemander encore et encore chose que Ren était bien évidemment à même de lui donner. Les lycéennes semblaient…bien soumises par rapport à la somptueuse beauté qu’il avait sous les mains. Elle mort, griffe, dit ce qu’elle désire sans commune mesure. Les
lycéennes de manière générale se laissent faire, elles ne participent peu et ne sont pas ouverte à la bestialité, trop bien pudiques pour cela voyons. Sachiko l’excitait, mais plus qu’une pulsion sexuelle se trouvait un désir, oui il la désirait et désirait apprendre deux trois choses avec elle. Loins de lui l’idée d’une relation sérieuse, mieux vaudrait se pendre!

Mais l’heure n’étant pas au blabla de bas étages, reprenons où nous nous étions arrêtés.

C’est avec plaisir que mlle sadomaso accueilli le corps étranger en elle, à cette occasion elle griffa le dos musclé de son amant qui avait bien assez de place pour quelques cicatrices supplémentaires. La sensation de se faire griffer le dos était excitante en soit, comme si une araignée venimeuse cherchait à l’attirer dans ses filets sans aucune
possibilité de fuite. Fuir ? Il n’était pas prêt de le faire, cette araignée là il comptait bien la dévorer. Alors quand elle le somma de le faire, pourquoi attendre ? C’est avec gourmandise que l’athlète croqua ce corps si parfumé de désir. Le sang perlait des meurtrissures qu’il infligeait à sa …victime ?

Sa partenaire du jour semblait tout aussi impatiente que lui. Elle passa avec sa délicatesse à elle sa main le long du torse nu de Ren avant qu’un vêtement ne la bloque dans sa lancée. Plutôt que de l’aider à retirer cet obstacle inopportun, il la laissa faire et retourna vaguer en quête de chair fraîche. Le mâle se laissait volontiers toucher en dessa de la
ceinture, membre déjà dressé au garde à vous et presque prêt à l’emploi.

Les ongles de Sachiko se faisaient sentir près du bas ventre, mais cela ne rajoutait que de l’adrénaline en plus, et l’adrénaline…c’est bien ! Vint un combat de langue avide de sensations fortes. Les salives se mélangeaient en un délicieux nectar qui en appelait un autre.

Des pas se firent entendre dans le couloir, ce qui ne manqua pas de rappeler au professeur de sport qu’ils n’étaient pas seuls ici et qu’au moindre bruit importun on pourrait les surprendre lui et sa collègue à faire des choses que normalement on ne fait pas dans un lycée.

"Si on nous découvre... on les invite, ou tu me gardes que pour toi ?"

Après quelques secondes de silence, Ren repondit :

« Si c’est Skyless je me ferais une joie de le faire souffrir [sourire diabolique]. Si c’est quelqu’un d’autre…il faudra voir à ce moment là. »



Mais trêve de bavardage ! Temps qu’à s’exciter davantage mutuellement, pourquoi le faire de façon si monotone ? Ren savait faire bien plus que de simple va et viens, ainsi commença-t-il à bouger dans l’antre noir de façon circulaire de plus en plus vite, jusqu’à insérer un deuxième doigt de la même manière qu’il avait insérer le premier. la cadence accélérai encore et encore, Sachiko en faisait de même et notre professeur de sport
semblait être aussi dur que le roc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Dim 26 Sep - 18:17

La réaction de Ren la fit sourire. Ainsi donc, il existait quelques tensions entre lui et une certaine personne de son entourage. Ce devait être extrêmement drôle s'ils devaient se rencontrer pour un plan à trois chez la prof SM. Outre une partie de jambes en l'air, ce serait davantage une partie de poings et de pieds pour savoir quel mâle allait l'emporter. Ce serait alors un véritable combat de coqs ! Sachiko ne pouvait s'empêcher d'imaginer la scène dans sa tête, ce qui lui fit lâcher un petit rire étouffé.

Tandis que les pas se turent complètement et que le calme revint dans le couloir, le professeur de sport lui fit comprendre qu'il souhaitait passer à la vitesse supérieure. Elle sentit un deuxième doigt pour aller explorer l'orifice. Quant à Sachiko, elle empoigna plus brutalement ce qui se trouvait sous la ceinture de son partenaire et malaxa le tout en rentrant ses ongles. Sa bouche avait retrouvé celle de Ren, et leurs langues se cherchèrent de nouveau avant de s'enrouler l'une autour de l'autre. Leurs baisers se faisaient de plus en plus violents et leurs dents s'entrechoquèrent par moment. De l'autre main, la jeune femme serra le fessier de son camarade de jeu, constatant ainsi la musculature fort développée de celui-ci. Sachiko sentait les muscles de Ren raidir petit à petit par l'excitation. Elle sentait d'ailleurs ses propres cuisses se crisper de désir, ouvertes à une pénétration des plus sauvages. Avec un tel corps, cela promettait des coups de reins inoubliables ! Autant qu'il se serve de sa force afin de lui montrer qui il est, quite à ne plus pouvoir s'assoir le restant de la journée. De toute façon, la douleur ne pouvait être que jouissance pour notre professeur SM. Elle ne pouvait concevoir de faire l'amour, ou plutôt de coucher avec quelqu'un sans qu'il n'y ait des cris de douleur mêlés à des cris de plaisir.
Sachiko commençait à avoir une douce sensation au bas du ventre. Si elle n'avait pas eu ses règles, la pénétration aurait été très rapide c'est certain. D'ailleurs, en parlant de ça, il serait peut-être temps d'y arriver !

Mais avant d'aller plus loin, notre tigresse recula son visage pour demander quelque chose à Ren. L'envie se ressentait rien qu'à la regarder droit dans les yeux. Son expression changeait de seconde en seconde, dévorée par cette envie bestiale et primitive de lui sauter dessus et de montrer qui est Maîtresse Sachiko, prêtresse en vinyl du plaisir charnel.

"Au fait... il faudrait peut-être que je mette un nom dessus... ce serait trop bête de prendre mon pied avec un collègue dont j'ignore le nom..."

Dit-elle en touchant les parties intimes de Ren, dont elle ignorait encore le nom. Bien qu'elle soit assez physionomiste en regardant le visage d'une personne, elle était encore plus douée lorsqu'il s'agissait de reconnaître quelqu'un de par ses attributs masculins ou féminins. Même si la personne en question avait le visage masqué, il lui était possible de définir l'identité d'une personne rien qu'en regardant son entre-jambes. Don complètement inutile pour le commun des mortels, mais pas pour notre nymphomane en quête permanente d'amants à satisfaire.

"Si tu assures, il faut que je puisse t'appeler pour remettre ça. Surtout qu'une autre partie de moi désir faire connaissance... en profondeur..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   Mer 13 Oct - 23:53

La professeur empoigna les attributs de notre cher Ren lorsque ce dernier l’avait « pénétré » pour une deuxième fois. Bon, techniquement il s’agissait bien d’une pénétration, mais pas celle qui conduirait les deux…heu…amants ... au septième ciel. Les baisers que ces deux là s’échangeaient devenaient de plus en plus brutaux, et cela ne faisait que commencer.
La porte des artistes semblait s’ouvrir à quiconque aurait l’envie de l’explorer dans un court délai, le voyou le sentait au bout de ses doigts vifs.

Il fut quelque peu surpris de voir sa partenaire du jour calmer ses ardeurs de mâle excité à ce moment. L’envie lui était-elle passée ? Il comprit que c’était loin d’être le cas lorsque Sachiko le regarda dans les yeux. Son regard était plein d’envie, il pouvait presque l’imaginer le suppliant tellement ce regard était communicatif. Quoique, on pouvait y lire au fur et à mesure des secondes qui défilaient ses envies de dominatrice.
Le sportif aurait alors bien eu l’envie de la faire crier à ce moment, de lui montrer, de lui faire sentir toutes l’étendue de ses capacités physiques. Cependant, elle lui fit une demande qui le fit sourire. Cette remarque le fit même rire un peu. Lui n’avait pas besoin de mettre de nom sur un visage, c’était une notion qu’il avait dépassé depuis un bon moment déjà, peut-être même depuis sa naissance qui sait ?
La main de Mlle SM se fit d’ailleurs entreprenante en allant caresser ses bijoux de famille ainsi que l’objet du désir de celle-ci.

Ren se pencha alors doucement et surtout très lentement, son torse musclé vint alors s’appuyer sur les seins exorbitants de la jeune femme en dessous de lui. La sensation n’était pas désagréable loin de là. Approchant sa bouche de l’orifice auditif, il en profita pour laisser une lèche dans le cou de la bombe sexuelle prête à exploser.

« Si tu tiens tant que ça à avoir un nom, « Oni » (démon) fera l’affaire. »

Il s’agissait là de son vieux pseudonyme, de lorsqu’il était chef du gang « Oni no hou » (la loi du démon) de Tokyo. Ca lui remémorait bien des choses : des bastons, du sang, des cicatrices…mais surtout son ancien lui qu’il n’a jamais vraiment cessé d’être. Ca lui en donnait des frissons.

« Et quand au numéro des enfers, je pourrai te le marquer au fer rouge pour que tu ne le perdes pas, qu’en penses-tu ? »


Le jeu de mot était plutôt bien choisi et la situation s’y prêtait plutôt bien. L’idée de graver un numéro de téléphone dans la chair l’excita davantage. Sans compter avec l’idée d’une prochaine fois…

L’excitation devait être à son apogée et le membre de Ren plus dur que jamais. Le jeune homme retira, toujours aussi violemment qu’à l’entrée, ses doigts de Sachiko. Il ne le fit que pour mieux la saisir à la taille de la tigresse dans l’unique but de lui faire faire un 180°.
Le corps musclé et tendu frottait désormais les fesses du professeur d’éducation sexuelle, le liquide lubrifiant s’écoulant déjà un peu le long de cette masse dure.
Ren n’avait pas perdu de temps et s’était vite emparé des poignets de sa partenaire de jeu qui désormais se trouvait être plaquée sur le bureau.
La respiration du mâle se faisait rauque dans la nuque de la femelle et l’engin de celui-ci se trouvait être bien placé pour une partie plus sérieuse du jeu.

Sans attendre une minute de plus, le professeur de sport entama sa pénétration en Sachiko. Il y alla d’une seule traite, brutale mais efficace. Doublement même dans ce cas-ci je suppose…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée classée rouge. [ So Hard ! ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée classée rouge. [ So Hard ! ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée rouge à San Guaracha.
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: RP FINIS OU ABANDONNES :: Le lycée-
Sauter vers: