AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Lun 31 Mai - 21:40

14 heures.
Il faisait frais aujourd'hui. Mais ce froid était dû à mon manque de cigarettes, sans doute aucun. J'essayais d'arrêter. Elles coûtaient trop cher pour moi. Et j'avais trouvé une autre occupation, de toute façon : je redécorais Nagoya. J'avais commencé la décoration en attaquant le lycée Shimizu. Parce que ce lycée était le pire établissement que j'eusse jamais fréquenté de toute ma vie. Ces êtres ignobles qui y rôdaient ne méritaient que ce qu'il leur arrivait. C'était bien fait pour eux. Parce qu'ils ne savaient rien faire d'autre que de se pavaner ou de se croire supérieurs. Parce que je les haïssais autant qu'ils nous haïssaient, nous les yakuzas.

14 heures, 36 minutes.
Mes graffitis et mes dégradations avançaient déjà pas mal avant que le soleil ne se montre. Mais quand l'astre du jour me recouvrit de ses rayons, je sentis une énergie nouvelle monter en moi. Le doux voile de chaleur qui m'enveloppait me redonnait l'envie d'abîmer ce que les êtres humains avaient mis tant de temps à construire. J'avais envie de détruire leurs biens, de défigurer leurs lieux de travail. C'est tout ce qu'ils méritaient. Je le ferai pour m'amuser. Je le ferai pour l'honneur perdu des yakuzas. Je le ferai parce que j'en ai envie.


14 heures, 49 minutes.
Je m'ennuie. Mais mon tag est GÉ-NIAL. Nous avons décidé, dans le clan des Iyori, que le lycée Shimizu serait notre territoire, et pas ce lui des Fujiwara. Et je marquais parfaitement bien notre présence permanente sur les lieux. HAHA ! Saloperies de lycéens, dites adieu à votre foutu bahut !
Je jubilais. Je me réjouissais à l'idée que les êtres humains avaient enfin la punition qu'ils leur était due. Je leur avais donné une leçon qu'ils n'allaient pas oublier de sitôt. Une magnifique correction.

15 heures.
Bien fait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Dim 13 Juin - 17:56

    Ce jour-là, notre ami anglais sexy et nymphomane aux cheveux rouges avait décidé de faire sa ronde dans le lycée. Haha. Me direz-vous. Non, Nevaeh n'était pas du genre bon samaritain, vous rêvez ou quoi bande de crétins ? Mais le lycée se mobilisait pour remettre d'aplomb ce meeeerveilleux lycée réputé de Nagoya. Pfeuh. Nev' s'en calait comme de sa première conquête à dépuceler ! Jusqu'à maintenant, il n'avait pas bougé le petit doigt pour remettre en ordre les salles de classe ou pour protéger les élèves. Même les gamines ne le tentaient plus trop. Il voulait du repos. Et du sexe. Avec des adultes, of course, et c'était bien pourquoi le lycée, il n'y allait plus trop, si ce n'était pour faire semblant de donner cours et être payé, hm ? Un peu de maturité, dans ce monde de brutes, ne pourrait lui faire que le plus grand bien. Ben ouais ! La violence, okay, guy, mais de la violence par le sexe, FUCK !

    Fièrement drapé dans son kimono aux couleurs d'été, il s'avançait vers l'établissement lorsqu'il la vit. Cette horreur. Autant un graffiti était considéré comme de l'art, autant le dessin odieux de la fille qui apportait les finitions était à gerber. Pour tout vous dire, à vous lecteurs, MÊME NEVAEH dessinait mieux. Et Dieu seul sait à quel point un nouveau-né tient mieux un crayon que lui ! Il s'approcha silencieusement de la silhouette qui avait mis un point d'honneur à cette immondice, absolument inaudible. Ben oui, vous saveeez, les techniques d'approche des animaux chasseurs ? Eh bien l'anglais les avait adoptées pour mieux sauter sur ses proies ! Quand la jeune fille parut avoir fini, il claqua de la langue à son oreille, secouant la tête.

    « Good Lord, Sweetie... Que m'as-tu fait là ? C'est là ton unique talent ? On dirait que tes dons artistiques sortent tous droits d'une poubelle ! Ce qui fait qu'on pourrait qualifier ton œuvre d'une fresque de merde. »


    Nev' pouffa de rire, l'air absolument mesquin, et lui attrapa violemment le poignet avant de la retourner et de la plaquer - tant qu'à faire - contre le mur avec la peinture encore bien fraîche. Tiens, comme il commençait à faire chaud, ça lui ferait du bien, non, de se faire refroidir par de l'acrylique, hm ? Il haussa un sourcil, l'air à peine surpris de voir qu'il s'agissait d'une de ses élèves

    « Oh, ohhh ? Délinquante, à ton âge ? Laisse-moi me souvenir de toi... Tu es... AH ! »


    Son sang ne fit qu'un tour, au petit sexophile. Sa proie ratée. Reconvertie en dessinatrice des bas quartiers. Il afficha alors un sourire carnassier, pouffant d'un rire sournois.

    « Qu'elle est belle, la jeunesse anglaise ! Je te l'avais déjà proposé, pourtant, non ? Si tu veux t'exprimer, pourquoi pas choisir un chemin plus... empreint de désir ? »


    A noter que le londonien n'avait plus faim de ces gamines pour l'heure. C'était juste qu'il se souvenait parfaitement d'elle. Une anglaise qui n'avait même pas été foutue de répondre à une question toute simple à SON cours. Une incapable ! Et dire qu'il avait tenté de se la faire en Angleterre ! Cette fois, les choses étaient différentes, après tout ! Elle devait bien justifier cet acte de délinquance. Pas qu'il soit radicalement contre ça, mais après tout, il aimait tirer les ficelles sur SES élèves ! Parce que c'était tellement bon de pouvoir régner en maître sur des morveux ! ♥ Il se lécha le pourtour des lèvres, l'air victorieux, la tenant fermement par les mains. Et protégeant aussi son entrejambe d'une éventuelle attaque de genou en immobilisant ses jambes, le genou bien calé entre les deux.

    « N'est-ce pas excitant de sentir la peinture glisser dans ton dos, hm ? Tu vas me récurer ce mur jusqu'à ce que je puisse prendre quelqu'un contre lui, vilaine ! »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Dim 20 Juin - 2:21

Je n'étais pas une artiste, c'était certain. D'autant qu'avec de la peinture, j'étais encore moins douée qu'un singe avec deux pattes gauches. Cependant la beauté de mon "oeuvre" ne comptait pas vraiment. M'enfin... C'était laid quand même. Roh... Mais après tout c'était pas spécial'ment fait pour être beau ou quoi qu'ce soit... Et puis après tout, j'm'en tape. L'important, c'était que tout le lycée soit à nous. Que tout le monde admette la supériorité des Iyori. Que tout le monde nous craigne. C'était notre objectif. Notre seul et unique objectif. Je crois.
Et alors que j'ajoutais les finitions à ce.... Ce gribouillis, une voix singulière - et bizarrement, très familière - chuchota quelques phrases à mon oreille.

« Good Lord, Sweetie... Que m'as-tu fait là ? C'est là ton unique talent ? On dirait que tes dons artistiques sortent tous droits d'une poubelle ! Ce qui fait qu'on pourrait qualifier ton œuvre d'une fresque de merde. »

Je frissonnai, puis il pouffa, sans doute satisfait de m'avoir surprise. L'action suivante se passa très vite. Il s'empara de mon poignet et je me retrouvai face à lui.... AAH ! La peinture froide coulait dans mon dos et me faisait frissonner.
Ses yeux... Ses cheveux... Mon prof' d'anglais. Mister Skyless. Je me souvenais de son visage. Et il aimait dominer, ça je le savais. Ça se voyait à sa manière d'agir, à sa manière de parler. Et... Je ne me souviens plus de l'endroit. Mais je crois.... RAAAH ! Ces souvenirs sont trop flous pour remonter. Tant pis.
Il arqua un sourcil.

« Oh, ohhh ? Délinquante, à ton âge ? Laisse-moi me souvenir de toi... Tu es... AH ! »

Il avait l'air surpris. Du moins il se souvenait de moi. Et je sais qu'il ne s'attendait pas à me retrouver là, à enlaidir les murs de son lycée. Mais qu'importe. Qu'il croit ce qui lui chante. Je m'en balance.
Je ne prononçais pas un mot, pas un murmure. Seules mes respirations rythmaient quelque peu les phrases du londonien dont j'étais en quelques sortes prisonnière. Je ne bougeais pas. Je le fixais, plongeais mon regard dans le sien à chaque fois que nos yeux se croisaient. Je me contentais de lui montrer qu'il ne m'intimidait - presque - pas.
Bien décidé à ne pas me lâcher, il sourit de la façon la plus effrayante qui soit et pouffa, l'air malveillant.

« Qu'elle est belle, la jeunesse anglaise ! Je te l'avais déjà proposé, pourtant, non ? Si tu veux t'exprimer, pourquoi pas choisir un chemin plus... empreint de désir ? »

Je ne compris pas tout à fait ce qu'il entendait par là. Mais à quoi bon se casser la tête à chercher un sens à tout ?
Je n'avais toujours pas pu en placer une. Et c'était peut-être mieux comme ça. Dieu a voulu que je sois maladroite quand je m'exprime oralement. Alors j'essaie d'éviter. Mais je ne cédai ni à la panique, ni à la colère, ni rien. Je le regardais juste déblatérer ses conneries d'adulte mal torché. Il sembla satisfait de ne pas me voir réagir, un air triomphant sur le visage. Ses traits à moitié déformés par la certitude d'avoir gagné rendait the teacher étrangement amusant. Il se lécha le contour des lèvres, ce qui me fit frissonner une nouvelle fois.
Non seulement mes poignets étaient bloqués mais il avait aussi pensé à protéger le bas. Bon, tant pis. Mais il commençait à m'agacer. Et je m'énerve vite.

« N'est-ce pas excitant de sentir la peinture glisser dans ton dos, hm ? Tu vas me récurer ce mur jusqu'à ce que je puisse prendre quelqu'un contre lui, vilaine ! »

Je rêve. Alors là, c'est la goute d'eau qui fait déborder le vase. Moi, nettoyer le mur ? Moi, obéir à cette abruti d'anglais mal luné ? Nan mais il rêve, lui. Never !

« Alors ça, jamais. Vous pouvez toujours espérer ! » Dis-je enfin, après une brève hésitation.

J'essayai une ou deux fois de me dégager, sans résultat. Il avait l'air déterminé, et j'aimais pas ça. Je serrai alors les poings, irritée par son comportement de gamin. Ou pas.
Je crachai à ses pieds pour lui prouver que je n'avais aucunement l'intention de faire ce qu'il demandait. Il pouvait toujours courir. Mais comme il me maîtrisait physiquement - pour l'instant -, je ne tentai rien.

« Si vous tenez tant que ça à le laver, votre foutu mur, faites le vous-même ! » Commençai-je. « Et lâchez-moi, bon Dieu ! »

Je tapai du pied. Ce qu'il pouvait m'emmerder, ce con ! Je lui mis un bon coup de tête, espérant avoir réussi quelque chose. Je n'étais pas sûre qu'il ait senti grand chose. Mais je ne pouvais rien faire d'autre. Puis je grognai pour manifester mon mécontentement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Sam 17 Juil - 21:42

    Oh, oui, Nevaeh était du genre à être au taquet, préparé à toute éventualité. Bien évidemment. Mais il se pouvait qu’il soit un peu deux de tension. Et le coup de tête, il ne s’y attendait pas, dude. Forcément. Seulement, il y avait un truc fantastique chez les hommes comme lui, c’était qu’il restait plus grand que la pauvre pucelle en face de lui. Et que donc, il se mangea juste son front dans le menton. Un mouvement de mâchoire, et hop, le tour était joué, il était comme neuf, près à remettre dans son carton de poupée gonflable… Euh non, les autres étaient des poupées gonflables, n’oublions pas qui domine ici, hein. Soyez raisonnables quand même ! Bref, suite à cela, l’anglais esquissa un sourire mauvais et resserra sa prise sur les poignets de la jeune fille (HRP : j’ai failli écrire folle. Vois comment ça porte à confusion xD), ventousant un peu plus son corps magnifique contre le sien, afin qu’elle sente biennnnn la peinture hein. Mais, mais attention. Un coup de tête, ça le faisait rire. Mais qu’elle lui tienne tête, alors là, non. Il ne le montrait pas, mais si vous saviez à quel point il détestait perdre le contrôle ! Alors. Alors, il empoigna ses cheveux et tira fortement dessus. Assez fort pour qu’elle se focalise dessus (puisque, bien sûr, il lâchait une main de ce fait). Et il la fit se retourner de nouveau. Et appuya à l’arrière de son crâne pour que sa joue se frotte contre la peinture, avant d’éclater de rire.

    « Alors, quel goût ça a, la peinture, darlin’ ? Oh, si tu savais, je pense qu’on s’est mal compris, tous les deux. Alors je réitère, understood ? » Il frotta avec justesse le visage de la jeune fille contre le mur, sa joue devant certainement ‘râper’ sur les briques. « Tu-Vas-Me-NETTOYER CA. Sinon, je ne prendrai qu’une seule personne contre ce mur, et ce ne sera pas un clochard, mais ça sera toi ! »

    A ces mots, il se sentit pousser des ailes. Oh que ouais, la puissance, il la sentait. Il n’avait pas l’air comme ça, drapé de soie et ses longs cheveux attachés, mais il avait de la poigne. Il s’empara de la bombe de peinture et en aspergea les cheveux de la jeune fille en éclatant de rire.

    « Sweet Jesus, cette couleur te va à ravir, Vanessa Flyleaf. Don’t you remember of me ? Ah, l’arrogance des jeunes, de nos jours ! J’espère que ce fameux jour où tu avais découché pour aller dans ce bar à Camden, tu t’es faite engueuler par tes vieux morts d’inquiétude. »

    Nevaeh lécha ses lèvres légèrement roses, tellement douces. Et enfin il attrapa sa main, écrasant ses doigts dans les siens en pouffant.

    « Je me souviens bien de toi, quel dommage que tu ne te souviennes de rien ♥ Ce fameux jour où j’ai failli t’avoir. » Il l’entraîna avec lui à l’intérieur du lycée, et la peinture s’écrasait en vulgaires gouttes au sol. Mais il s’en fichait. « Je ne suis pas le genre à te balancer, sauf si tu refuses de faire ce que je veux de toi. »

    Si elle tentait de s’échapper, il n’avait qu’à resserrer la main pour lui détruire les articulations, après tout. Il n’avait en aucun cas peur des représailles. Et pour un prof, il était très mal verni, pas vrai, guy ? Il se tapait ses élèves, leur beuglait dessus, les maltraitait… MAIS QU’EST-CE QU’IL AIMAIT CA ! De toute façon il avait un bon filon avec la directrice (Euh, ou pas.), yeah ! Il s’interrompit dans sa marche, ayant traîné la gamine derrière lui, et ce devant une porte singulière. Contrairement aux autres portes coulissantes et blanches des classes, ils étaient arrêtés devant une porte de couleur marron, et à système de poignée. Le placard à balais. Chantonnant, Nev’ empoigna la poignée rondelette et la tourna, jetant limite Vanessa à l’intérieur. Et fermant la porte derrière lui, il se délecta :

    « Once upon a time, there was a red prostitute in a bar. A very bad one who wanted to fuck a virgin and little girl ♫ D’you know who is that virgin ? » Il dévoila ses dents en souriant et lui pinça son nez plein de peinture. « Got it, that’s you ! Quelle coïncidence, n’est-il pas ? Que ferait le lycée et tes parents si ça venait à se savoir, pas vrai ? Sans compter que tu as souillé nos murs. »

    A ces mots, il attrapa une serpillière, la lui envoya en pleine tronche, et un balai qu’il lui colla entre les mains. Au boulot, NOW. C’était plutôt clair non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Lun 9 Aoû - 4:34

    Ah, fucker !!

    AAAAH !!
    Il me faisait mal. Il raffermit sa prise autour de mes poignets, collant un plus sa sale carcasse contre mon buste. Je frissonnai de plus belle, grognant en sentant la peinture toute fraîche couler dans mon dos. Puis d'un coup, il libéra une de mes mains. Et Dieu sait comme j'aurais envie de lui mettre mon poing dans la gueule ! Mais il fut trop rapide. Il empoigna mes cheveux avec une telle force que je pus rien faire.

    "AAAAH !" Hurlai-je, les larmes aux yeux.

    Il me faisait mal. Tellement mal que je ne pouvais plus bouger. Alors je le laissais faire, tandis qu'il me retournais. Je me retrouvai de nouveau face à mon graffiti et BAM ! Le visage dans le mur. Pas au sens propre, bien évidemment. La peinture encore glacée coula le long de ma joue avant de rejoindre le coin de mes lèvres, et je fermai alors la bouche pour ne pas voir à manger (au sens littéral cette fois) de l'acrylique.

    « Alors, quel goût ça a, la peinture, darlin’ ? Oh, si tu savais, je pense qu’on s’est mal compris, tous les deux. Alors je réitère, understood ? »

    "Espèce de..."

    J'étais sur le point de le traiter de tous les noms, mais il ne se soucia pas de moi et continua de parler.

    « Tu-Vas-Me-NETTOYER CA. Sinon, je ne prendrai qu’une seule personne contre ce mur, et ce ne sera pas un clochard, mais ça sera toi ! »

    Il était sérieux là !!? Il est fou ce type... !
    Je suis sûre qu'il est nymphomane. Well, peu importait dans l'immédiat.
    Ce bâtard avait sans doute mieux à faire que de venir m'emmerder. Mais nooon, ça l'amusait, alors il faisait ce qu'il voulait, parce que c'était un con... Qui avait plus de force que moi. Entre ses mains je n'étais plus qu'une marionnette, une poupée de chiffon, une pauvre ado' sans défense.
    Mais alors là, s'il croyait me faire peur ! Il se trompait lourdement. Il me faisait souffrir, certes, mais qui vous dit que j'allais craquer pour si peu ?
    J'aurais voulu me défendre, ou au moins le regarder dans les yeux pendant qu'il me maltraitait, mais cette horrible douleur à mon visage accaparait toute l'attention que j'avais encore. Là, pendant une fraction de seconde, je sentis ses mouvements et les suivais, inquiète de ce qu'il allait me faire ensuite. Le cliquetis d'une de mes bombes résonna dans mon crâne avec une insistance insupportable. Sans se faire prier, il m'en aspergea les cheveux en rigolant comme un gogole, comme un psychopathe qui venait de tuer je n'sais quelle fillette délaissée dans un coin.

    « Sweet Jesus, cette couleur te va à ravir, Vanessa Flyleaf. Don’t you remember of me ? Ah, l’arrogance des jeunes, de nos jours ! J’espère que ce fameux jour où tu avais découché pour aller dans ce bar à Camden, tu t’es faite engueuler par tes vieux morts d’inquiétude. »

    Il commença à exercer une telle pression contre mes doigts que je ne pus retenir aucun de mes cris de douleur. Mes cris suraigus qui lui donnaient sans doute une entière satisfaction. N'osant plus faire un mouvement, je regardais le vide, angoissée.

    « Je me souviens bien de toi, quel dommage que tu ne te souviennes de rien ♥ Ce fameux jour où j’ai failli t’avoir. »

    Les images de cette soirée me revirent en mémoire aussi vite que les gouttelettes de peinture tombaient au sol. Des flashs passaient devant mes yeux, mais je ne bougeai plus d'un millimètre afin d'en conserver tous les détails.
    Ce verre d'alcool en trop qu'on m'avait fait prendre... Cet homme drapé de mauve qui me faisait des avances... Une virginité que j'avais failli perdre dans un bar insalubre...
    C'était lui ! Ce type qui avait voulu me sauter. Quand j'avais fait le mur pour aller me bourrer. Bien sûr, mes parents n'en ont jamais rien su, et même dans le cas contraire, ils s'en seraient tapé comme de mes premiers mots.
    Tout était clair, maintenant. Ce recoin de ma mémoire encrassé par une peur plus intense que jamais, encrassé par le désir d'oublier que j'avais failli me faire défleurer par un nympho' bourré (Il l'était ? Ou il n'y avait que moi ?)... C'était lui ! C'était Skyless ! C'était lui !

    Il commença à me traîner avec lui, on entra dans le lycée...
    Je le suivais pitoyablement, sans rien pouvoir faire, torturée par d'étranges souvenirs et une douleur horrible. Mon coeur s'emballait. J'avais peur de cet homme, maintenant que je me rappelais de qui il s'agissait. C'était un type violent, mais délicat à la fois. Il devait adorer coucher à droite à gauche, dépuceler celles et ceux qui lui tombaient sous la main. Je les plains sérieusement.

    « Je ne suis pas le genre à te balancer, sauf si tu refuses de faire ce que je veux de toi. »

    On arriva devant un placard à balais, qui se distinguait de toutes les salles de classe par sa porte banale et brune, à la peinture écaillée.
    L'anglais commença à fredonner, me poussa à l'intérieur du cagibi, refermant la porte derrière lui.

    « Once upon a time, there was a red prostitute in a bar. A very bad one who wanted to fuck a virgin and little girl ♫ D’you know who is that virgin ? »

    Un frisson glacé me parcourut le corps lorsqu'il sourit de toutes ses dents. Il me pinça le nez.

    « Got it, that’s you ! Quelle coïncidence, n’est-il pas ? Que ferait le lycée et tes parents si ça venait à se savoir, pas vrai ? Sans compter que tu as souillé nos murs. »

    Il m'envoya une serpillière à la gueule, me colla un balais entre les mains, et ne fit rien d'autre.

    Je me collai dos au mur, les yeux écarquillés, essoufflée comme si j'avais couru le marathon. Le balai dans la main droite et la serpillère dans la gauche, je pris une grande inspiration. Des pulsions meurtrières m'envahissaient, me faisant frissonner et trembler quand je tentais de contenir ma fureur. J'entrai alors dans une rage folle. J'en oubliai la peur que j'avais de ce type, et me plantai devant lui. Il faisait une bonne tête de plus que moi.

    Et hop ! Un coup de genou à l'entrejambe. Pour le calmer un peu. J'avais pris un avantage en me reculant. Puis hop ! Je lui collai la serpillère dans la bouche, laissant tomber le balai et le prenant par le col comme si je voulais le soulever. Mes doigts se tordirent sur le tissu, le tendait avec les mêmes tremblements que ceux que j'avais eus en comprenant qui était réellement Skyless.

    "Maintenant, ça suffit. Je sais parfaitement qui tu es, et jamais, jamais tu ne pourras me forcer à nettoyer ton petit bordel. JAMAIS, tu m'entends !?"

    Je ne me contrôlais plus. La colère était telle que tout ce que je faisais ne dépendait plus de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   Sam 18 Sep - 11:43

    Ah la...

    C’est ce que Nev’ aurait bien aimé s’exclamer s’il n’avait pas eu cette serpillère dégueulasse dans la bouche. D’accord, ses attributs virils (et qui prouvaient sans conteste que NON il n’était pas un transsexuel ou une femme) étaient préparés à ce genre d’attaque, à force de se prendre des coups de conquêtes réticentes ou vexées après la sauterie, mais forcément, ça avait tout de même son impact. Et cette gamine savait frapper. Certes. Et après ? La douleur du british passa bien vite, et son sourire narquois revint teinter sa peau claire après qu’il ait craché la serpillère dans la tronche de la jeune fille. Visage touché, dix points ! Et mais… OH ! ELLE LE TUTOYAIT ! Il n’y croyait pas ! Son sourire affreusement mauvais s’agrandit sur le coup. Sa main droite partit caresser lentement sa joue, presque tendrement. S’il avait été un bon compagnon de plus de deux jours, il aurait pu faire un parfait petit ami, qui l’eût cru ? Son visage n’affichait même plus la douleur qu’il ressentait à l’entrejambe. Et pourtant elle était bien là, mais Nev’ était un professionnel. Et soudain, brusquement, il enfonça ses ongles dans la chair ferme de la joue de Vanessa. Et les glissa jusqu’au menton, laissant une belle traînée rouge derrière. Et ce, au même moment que sa main gauche (ouais parce qu’elles avaient chacune leur utilité… HELL YEAH !) se faufilait derrière la tête de la jeune fille, attrapa une mèche de cheveux aussi longue et épaisse que possible et tira dessus. Juste assez fort pour qu’elle soit obligée de suivre le mouvement et donc de pencher la tête en arrière pour ne pas avoir mal. Et si elle résistait ? L’anglais tirerait plus fort encore ! Ahhh que c’était bon de lui faire payer son langage outrancier ! Oui oui, tutoyer un professeur, c’était absolument IN-SUL-TANT.

    « On n’est donc pas heureuse de me voir hein ? Mais sache que même si tu sais qui je suis réellement, ici, c’est moi le prof. Donc JE domine et TU obéis, clear ? » Il soupira longuement, d’un air exagéré, puis lui lança un regard plein de bonté. « Ahlala, si tu savais ce que tu m’as manqué à moi aussi, ma petite fugueuse ♥ » Il lui tapota la tête en ricanant sombrement, puis enroula subtilement son index et son majeur gauches dans ses cheveux, veillant bien à faire des nœuds. « Moi aussi je sais qui tu es. Et, honnêtement, avec le feeling que j’ai avec les gens d’ici, crois-moi, on m’écoutera plus que toi ! »

    Nevaeh soupira en plaquant sa main dramatiquement sur son front, digne d’une tragédie greque. Puis sa langue vint se faufiler sur ses lèvres roses. Ils allaient jouer. Elle ne voulait pas nettoyer son mur ? Qu’à cela ne tienne. Il avait une meilleure idée pour combler la petite artiste des rues qu’elle était. Et il ricana. Il attrapa son poignet et se mit en marche, sortant du cagibi en vitesse. Tant pis si les cheveux de Vanessa étaient dans un état déplorable. Tant pis si elle gardait la serpillère et le balai. Ca ne serait plus utile là où ils allaient. Enfin. Quoique. Si elle voulait faire un brin de nettoyage, pourquoi pas ? Chantonnant, mais ne lâchant pas prise pour autant, il la traîna dans les couloirs, attirant le regard surpris de quelques élèves encore motivés pour aller en cours malgré l’invasion de délinquance. Après quelques minutes de marche où Nev’ n’aura fait que chanter des tubes japonais ou London Bridge, sans prêter attention à son otage (qui ne pouvait s’échapper, les jointures devenues blanches des doigts du professeur en témoignaient), ils s’arrêtèrent devant une porte de salle de classe. Mais pas n’importe laquelle. L’homme aux cheveux rouges se tourna vers Vanessa en ricanant, le regard fou, puis ouvrit la porte. La salle d’arts plastique était décorée de petites statues, reproductions en plâtre de grandes œuvres, de dessins d’élèves et de professeurs. Un petit coin avait été aménagé de sorte à faire du modèle vivant. Et ce fut là que Nev’ traîna la gamine réticente à lui obéir. De sa poche, il sortit des menottes. Oui. Bon, vous vous demandez d’où il tient cela ? N’oublions pas que notre professeur a de bons contacts et a un sens très pointu du sexe et de tout ce qui va avec. Les menottes sont donc de rigueur, right ?! Et forcément, il les attacha, sans avoir l’air plus dégoûté ou horrifié que ça de son acte, autour des poignets de la jeune fille. Et il tira sur ses bras pour l’entraîner sur la petite scénette, au centre du coin aménagé.

    « Ma petite chérie, si tu ne veux pas nettoyer ton art parce que tu es une révolutionnaire, alors je vais t’apprendre par où l’art commence. On commence tout habillée, et si tu refuses de nettoyer, je t’enlève un vêtement. » Un sourire narquois se dessina sur son visage. « Je te dessinerai pour progresser moi-même, petit à petit, et aussi, pour rendre la chose plus amusante, je prendrai des photos ! ♥ » Un rire roula au fond de sa gorge alors qu’il attrapa une chaise pour s’installer devant elle, le regard d’un juge impartial. « Je précise que la salle est fermée à clé, darlin’ ! Et en plus, ici, on a plein de trucs pour te mettre en scène, c’est trop érotique ! Cela dit, le radiateur ne marche plus, donc une fois à poil t’aura froid. » Il feignit le grelotement et haussa un sourcil. « Cela est AUSSI ta punition pour avoir tutoyé un prof aussi magnifique que moi, bitch ! »

    Et à ces mots, Nevaeh attrapa un bloc de dessin et un crayon qui traînaient non loin de là, le regard intéressé, prêt à dessiner la jeune fille et détruire la pauvre réputation qu'elle s'était faite dans le lycée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Devant le lycée][PV] What the hell are you doing here !?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» René Civil devant le tribunal criminel
» Devant la Cathédrale
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: RP FINIS OU ABANDONNES :: Le lycée-
Sauter vers: