AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Jeu 2 Juin - 0:42

Encore une après-midi de passée à faire les magasins. Moi et ma Folie de vêtements. Beaucoup me disent que je dois être malade pour dépenser autant. Mais, moi je trouve ça normal même logique de prendre soin de soi !
J’aime mon physique, je le préserve et l’embellie avec de magnifiques attraits. J’ai dévalisé la boutique de la créatrice pour qui je pose. Comme d’habitude, elle a prévu des créations qui me vont comme des gants de cachemire. Et me voilà avec 8 sacs dans les mains remplis de pantalons, hauts et accessoires en tout genres. Les vendeuses m’avaient vite reconnues parce que je posais presque sur toutes les photos qui étaient présentes dans le magasin. Grâce à ça, j’ai pu avoir quelques petites remises très intéressantes.
Je décida de passer prendre un peu à manger avant de rentrer au lycée. Une fois que je fus dans un petit restaurant, je pris à manger et l’emporta. Je m’installa dans un petit parc très calme à cette heure-ci puisqu’il était environ 21h15. Il faisait encore bien jour, les journées se faisaient de plus en plus longues ce qui annonçait l’approche de l’été à grands pas. Je mangeais mon petit plat de gnocchis au parmesan, un plat dont je raffole, en écoutant des chansons de Kanon Wakeshima.
J’adorais vraiment son dernier album, je le trouvais extraordinaire. Elle jouait tellement du violoncelle et sa voix était tellement pure qu’on aurait dit qu’un enfant chantait.
Après avoir passé facilement une heure dans ce petit parc, je remis à marcher en direction du lycée, puis après quelques instants, une sorte de force invisible poussa mon être à visiter le ville en nocturne.

*Espérons que je ne me perdre pas !, pensais-je*

Je marcha donc au milieu des petites rues de la ville et j’observais chacun des bâtiments et me rendis compte de la véritable beauté de cette ville. C’est souvent lorsque les choses sont sorties de leurs cadres habituelles que l’on se rend compte de la beauté des choses, vivantes ou non.
Je marchais donc en observant tout autour de moi, admiratif de la beauté de ces lieux. Je passa devant un temple où je n’osa entrer, de peur de faire tâche dans un endroit si sobre. Puis, je continuais de marcher lentement, les écouteurs toujours branchés, et la musique Still Doll de Kanon Wakeshima se mit à résonner dans mes oreilles.
Cela embellissait presque la magie de ces endroits. Puis, les chansons Rondo de ON/OFF et Lolitawork Libretto de Kanon Wakeshima passèrent sans vraiment que je les écoute.
C’était pourtant mes musiques préférées. Mais là, j’étais complètement scotché par le côté ancien et moderne de cette ville. Au bout d’un moment, je me rendis compte d’un petit problème que je rencontrais: j’étais perdu dans des parties de cette ville qui m’étaient inconnues.
Il fallait que je trouve un plan ou quelqu’un, sinon, j’allais passer la nuit dehors !

Je regarda donc autour de moi… Personne à l’horizon !

*C’est toujours quand on veut voir du monde qu’on ne voit personne , songeais-je*

Je me mis donc à tourner un peu en rond dans ses rues désertes et méconnues de ma petite personne. Au bout d’une petite heure sans croiser personne, je m’assis sur un banc et me remis à écouter de la musique, histoire de ne pas m’endormir.
Heureusement qu’il ne faisait pas froid, sinon je serai en hypothermie totale là. Je mis mes genoux contre ma poitrine et les entoura de mes bras, je posa ma tête sur eux et me mit à attendre que quelqu’un me vienne en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Jeu 2 Juin - 14:53

~ 1 , 2 , 3 nous irons... ~

Tout sauf aux bois. C'était ce que je m'étais dis ce matin même quand une fois de plus, j'étais restée complètement stone devant mon miroir ; histoire de juger si mon look était passable ou pas. J'avais décidé d'essayer un truc un peu nouveau pour moi, une chose que je n'avais encore jamais portée. Ouvrez bien vos oreilles : une robe. Moi qui suis tellement accrochée à mes bons vieux jeans et shorts. C'était une robe entièrement blanche à bretelles qui m'arrivait au dessus des genoux et qui retombait sur mes formes à la perfection. Cette robe d'un blanc pur faisait ressortir à merveille le chocolat de mes yeux et de mes cheveux. Elle était très simple, mais très jolie -je parle de la robe bien sûre. Il y avait un nœud juste sous la poitrine qui marquait ma taille fine et une petite fantaisie vers le bas. Je m'étais alors retournée d'un seul bloc vers la fenêtre. J'ai même réussi à effrayer l'oiseau qui y avait prit place tellement mon geste était vif et inattendu. Elle était ouverte et l'air légèrement frais du matin envahissait la pièce. Le soleil était déjà de sortie, ce qui nous promettait une belle journée chaude et ensoleillée. J'enfilai en vitesse mes ballerines grises et du haut de mes 1 mètre 63, je partis en direction de la ville. Comme une grande fille, aplause please !

Nan sérieux, finit les enfantillages.
Je n'avais strictement rien prit avec moi. Et non, même pas un portable, pas un seul sous et même pas mon stylo noir. J'étais partis en flèche, comme ça, sans prendre la peine d'emmener quoi que ce soit. Les sous-sous, ça ne pose pas de problème particulier, au moins je ne risque pas de dépenser. Le portable, j'avoue que ça peut être assez problématique de ne pas en avoir sur un soi, mais bon. Mon stylo noir... C'n'est pas que c'est problématique mais ça me fais bien chier, passez-moi l'expression. Je déambulais dans les rues de Nagoya comme un petit diablotin. Aussi rare que cela m'arrive, je n'avais pas la tête à déchiffrer quoi que ce soit et ni qui que ce soit. L'ordinateur qu'était mon cerveau avait prit congé aujourd'hui.
En tout cas j'avais vus juste. C'était une belle journée chaude et ensoleillée. Il était à présent vers midi et la température avait bien montée. Mais elle ne me dérangeait pas, en robe à bretelles j'étais plutôt à l'aise. Mais ce n'est pas pour autant que je vais en mettre plus souvent. Une légère brise s'était également levée. Une brise chaude, qui rendait l'air étouffant. J'étais vite partis me mettre à l'abri dans un parc, à l'ombre des arbres. Mais, je sens que vous pensez qu'il y a quelque chose qui cloche. Quelqu'un qui va passer la journée en ville sans sous et donc... Sans manger ? Oui, bon. J'avais très bien mangé le matin, j'pouvais très bien me passer de manger jusqu'au soir.

C'est c'que j'pensais à ce moment là, vers midi, assise sous l'ombre d'un arbre dans un parc. Jamais je n'aurais crus que j'allais rentrer aussi tard.



19 heures : il faudrait peut-être que je songe à rentrer, en plus je commence à avoir faim.

19 heures 15 minutes : J'ai décidé de rentrer en passant par les rues de Nagoya que je ne connaissais pas encore.

19 heures 45 minutes : J'crois que je me suis perdue.

20 heures : C'est pas tout ça mais j'commence à avoir vraiment faim !

20 heures 05 minutes : Tiens un temple...

20 heures 15 minutes : Bordel de merde !

20 heures 20 minutes : J'me suis vraiment bien pommée là.

20 heures 45 minutes : J'abandonne.

21 heures 15 minutes : J'vais mourir ici.


Bon, c'est peut-être un peu exagéré de dire que j'allais mourir ici, mais quand même. Je commençais à regretter amèrement de ne pas avoir emporté ce fichu portable, c'est qu'il peut se rendre bien utile des fois.
J'étais passée devant des bâtiments en tout genres, des p'tits commerces par-ci par-là, des hôtels et enfin devant un temple, dont j'avais décidé de ne pas trop m'en éloigner. Un temple c'est connu non ? Des personnes devraient s'y rendre non ? Avec un peu de chance, je n'allais plus être seule dans pas bien longtemps. La brise chaude de la journée s'était quelque peu rafraichis. Pas que j'ai froid, non, mais j'avoue qu'à ce moment précis un petit gilet n'aurait pas été de trop.

Mes longs cheveux chocolats virevoltaient tout autour de moi quand j'entendis enfin la venue d'une quelconque personne. Mon sang ne fit qu'un tour. Une fois de plus je me retournais d'un seul bloc, mes cheveux volant autour de moi. Mmmh, je pourrais faire ce geste des journées entières rien que pour faire voler mes cheveux <3. Non loin de moi, assis sur un banc, ou plutôt recroquevillé sur un banc, se trouvait un jeune homme avec une bonne petite bouille d'enfant entouré de cheveux noirs aux reflets bleus ; quand à ses yeux de là ou j'étais je ne pouvais pas les voir. il ne semblait pas très très grand non plus. M'enfin, du haut de mes 1 mètre 63, je pouvais me taire. Je ne sais pas si ce gamin que je situais entre 15 et 16 ans m'allait être d'une grande aide, il avait l'air tout aussi pommé que moi. Mais bon, on peut toujours essayer. Je me mis à marcher silencieusement dans sa direction, observant attentivement tous les sacs disposés autours de lui. J'avais pris soin de parer mon visage de son masque habituel avant d'atteindre le jeune homme, ou gamin. Je n'étais certes pas d'humeur à déchiffrer qui que ce soit, mais je n'en perdais pas mon sale caractère pour autant.

Quand enfin, j'arrivais à sa hauteur, décidée à faire une belle entrée en la matière.

- Serais-tu un psychopathe ? A voir ta tête on pourrait croire que tu viens de tuer quelqu'un, que tu as découpé en morceaux, puis que tu as réparti dans tous ces sacs pour ensuite aller les jeter loin de la ville.

Pas mal comme entrée. Mais j'ai déjà fais beaucoup mieux. La petite brise se leva à nouveau, me donnant quelques frissons au passage. Puis je m'assis à côté de mon compagnon, regardant droit devant moi.

- Ou alors tu n'es qu'un gamin qui est allé faire les magasins puis qui s'est perdu en voulant visiter la ville de nuit, ce qui, entre nous, est beaucoup moins intéressant.

Je tournai enfin la tête vers lui. Ses yeux étaient en fait bleus.


Dernière édition par Luce Kurumi le Sam 4 Juin - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Sam 4 Juin - 0:01

J’attendais depuis un bon petit bout de temps et je commençais sérieusement à désespérer. Je voyais les longues minutes passer les unes après les autres, presque en ralentissant. Que le temps pouvait être long des fois…
J’attendais quand je sentis quelqu’un s’approcher de moi. C’était une jeune fille aux cheveux couleur chocolat et un peu caramel aussi. Elle avait de grands yeux malicieux et semblait bien décidée à m’embêter !

*Je la sens mal elle !, pensais-je*

« -Serais-tu un psychopathe ? A voir ta tête on pourrait croire que tu viens de tuer quelqu'un, que tu as découpé en morceaux, puis que tu as réparti dans tous ces sacs pour ensuite aller les jeter loin de la ville. »

Voici comment elle commença, mais elle ne semblait pas prête à s’arrêter en si bon chemin:

« -Ou alors tu n'es qu'un gamin qui est allé faire les magasins puis qui s'est perdu en voulant visiter la ville de nuit, ce qui, entre nous, est beaucoup moins intéressant. »

Je ne voulais pas m’énerver et gardais mon plus grand calme, je sortis la tête de mes genoux, m’assis de manière plus présentable et lui fis un grand sourire.
Moi aussi, j’allais la taquiner un peu:

« -Et bien pour tout te dire, j’ai hésiter à embrocher un chat enragé tout à l’heure mais je me suis retenu. Et si j’avais dû le cacher quelque part, je ne l’aurais pas mis dans ces sacs, les affaires qui sont dedans sont bien trop importantes à mes yeux !
Mais toi aussi tu as une bonne tête de psychopathe: du genre je tue les gens à coups de stylo et de compas ? Je me trompe ? »


J’étais plutôt fier. J’aimais beaucoup la remarque que j’avais fait là ! Pas sûr qu’elle apprécie, mais peu importe, je ne suis plus à ça près avec les filles !
Je me leva, pris mes sacs et lui dit d’un air surfait:

« -Au fait, je m’appelle Niel et toi chère psychopathe ? »

Je continuais dans ma lancée, je ne semblais pas près à m’arrêter dans ma lancée. Surtout avec une jeune fille si… Dérangée !
Puis, après quelques secondes, je regarda plus fixement sa tenue. Une simple robe blanche soutenue d’un petit nœud sous sa légère poitrine. Non pas qu’elle n’avait pas de poitrine, mais cette robe ne la mettais pas tellement en valeur. Elle semblait avoir une taille et des hanches fines mais elle ne mettais pas cela en avant, c’était bien dommage.
Puis, je descendis légèrement mon regard et regarda ses ballerines. Grises. Elles n’allaient pas du tout avec sa tenue, du moins, c’était mon point de vue !

*Encore une qui ne sais pas s’habiller ! Non mais c’est pas vrai ça, il faut leur donner des cours à ses gens là ! On ne peut pas les laisser dans l’ignorance la plus totale, surtout quand il s’agit de mode !, songeais-je*

Malgré tout cela, je ne dis rien. Je ne parlerai de cela à la demoiselle que plus tard et si elle savait elle-même où nous étions. Ce qui ne semblait pas être tellement le cas. Car, malgré son visage fermé, ses yeux trahissaient une inquiétude grandissante. Un peu comme un enfant qui a peur du noir et qui n’arrive pas à trouver le sommeil.
Je n’osa rien rajouter mais mes pensées fusaient dans tous les sens, que ce soit pour sa tenue, qui me hérissait le poil par son désaccord, ou par le fait que j’aimerai bien rentrer chez moi manger quelque chose.

La nuit promettait d’être longue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Sam 4 Juin - 14:47

Tic tac tic tac...
Plus jamais je ne partirais en ville sans un seul sous, j'en fais la promesse solennelle. Mon ventre commençait sérieusement à m'énerver ; à se tordre dans tous les sens en espérant recevoir au plus vite de quoi le remplir. Quel imbécile ce ventre. Tout ce qu'il sait faire c'est de réclamer de quoi manger à longueur de temps, absolument rien d'utile. Oui je sais, j'ai vraiment tendance à avoir des pensées plutôt bizarres par moment. Mais que voulez-vous ? Je suis comme ça. Heureusement que personne d'autre que moi ne puisse les entendre. Je passerais encore plus pour une dégénérée que je ne le fais déjà... Plongée dans mes pensées, j'écoutais attentivement la réponse de mon interlocuteur. A vrai dire, je n'en attendais pas mieux ! Je ne pu même pas m'empêcher de laisser s'échapper un rire léger de ma bouche. Il ne pouvait pas savoir à quel point il tombait juste... Je le regardais attentivement se lever. Voudrait-il par le plus grand des hasards me fausser compagnie ? Quelle tristesse et quel affront me faisait-il là. Malgré mon ventre qui se tordait dans tous les sens, j'étais plutôt de bonne humeur, je ne sentais même plus la brise glisser sur ma peau. J'en avais juste conscience à cause de mes cheveux qui volaient paisiblement autours de moi.

Un large sourire s'étira sur mes lèves, dévoilant mes dents plus que parfaites, d'un blanc éclatant.

- A coups de stylo hein ? Haha, tu ne peux pas savoir à quel point tu as tapé juste. A coups de stylo noir plus précisément.

Je marquais une pause, juste le temps que mon sourire de façade s'évanouisse, laissant place à une expression qui se voulait sombre, presque effrayante.

- Mais tu as de la chance, je l'ai oublié ce soir.

Haha ! Je commençais enfin à bien m'amuser ! Finalement, j'avais presque bien fais de me perdre, sinon je n'aurai jamais profité de cette agréable distraction. Et Niel, que je venais de rencontrer, avait de la répartie si l'on puis dire. Quelqu'un d'intéressant avec qui parler. Enfin, intéressant le temps d'un soir. Après ce ne serait que du déjà vu. Comme d'habitude.
Je sentais son regard m'examiner de haut en bas. Je me mis alors à fixer son visage, dans le but d'y déchiffrer quelconques expressions. Je vis plusieurs expressions passer sur son visage : la surprise d'abord, puis de l'indignation. Le petit Niel semblait bien déçut et je savais très bien pourquoi. A vrai dire ce n'étais pas bien compliqué à deviner. Ce petit garçon était à l'évidence une énième victime de la mode, à ma grande tristesse. Mais, oh surprise, je réagis une fois de plus de façon "sympathique", encore paré d'un de ces sourire de façade. Je suis fausse, c'est triste à dire. Les gens m'ennuie. Je ne supporte pas la compagnie d'une même personne plus d'une soirée. De ce fait, je ne sais pas vraiment sourire ni m'amuser comme la plupart le font... Mais ça ne me dérange absolument pas. Je n'ai jamais réussis à trouver quel intérêt il pouvait y avoir à sortir avec des amis, rigoler pour un rien ou encore faire des conneries. Non, tout ça, ça me dépasse. Encore quelque chose de triste pensez-vous ? Cela ne dépend uniquement que du point de vu que l'on adopte.

- Ca va, j'ai compris. Je brulerai cette robe dès que j'en aurai l'occasion.

Déclarais-je en me levant à mon tour sur un ton presque cynique. Je fis quelques pas afin de me retrouver à la hauteur de Niel. L'air de rien, il était tout de même plus grand que moi. Pas de beaucoup, mais plus grand quand même.

- Je m'appelle Luce.

Je jetai un bref coup d'œil à tous ses sacs.

- Je suis heureuse pour ce chat enragé que tu sois victime de la mode. Je me trompe ? M'enfin, peu m'importe. Je suis désolée de devoir t'infliger ça, mais tu vas devoir me supporter pour le reste de la soirée ; autant dire qu'elle est gâchée. Mais je te rassure moi non plus ça ne me fais pas plus plaisir que ça. Car, à moins que je ne me trompe encore, on est tout les deux perdus.

Bien sur que je ne me trompais pas. Que ce soit pour la chat ou pour le fait qu'on soit perdu. Pour moi la soirée n'était pas si gâchée que ça en fait. J'avais trouvé de quoi me distraire. Plutôt bien non ?

Rah, si seulement ce foutu ventre pouvait arrêter de se tortiller dans tous les sens !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Sam 4 Juin - 22:50

La petite jeune femme qui se tenait face à moi rigolât légèrement à ma réaction et sembla apprécier !

*Enfin une femme qui ne prend pas de travers ce qu’on lui dit ! Je ne pensais pas que cela existait sur cette Terre, à quelques expressions près !, pensais-je*

Elle me répondit d’un air bien joyeux:

« -A coups de stylo hein ? Haha, tu ne peux pas savoir à quel point tu as tapé juste. A coups de stylo noir plus précisément. »

Puis, elle ajouta:

« -Mais tu as de la chance, je l'ai oublié ce soir. »

Il fallait croire que des fois j’étais devin ! Certaines fois je m’imaginais des choses, et après quelques recherches et témoignages découvrait que toutes mes pensées étaient fondées.
Quand je me mis a regarder sa tenue et que j’eus des sortes de « hauts-de-cœur », la demoiselle sembla comprendre mon effroi car elle me répliqua aussi sec d‘un ton terriblement cynique:

« -Ça va, j'ai compris. Je brulerai cette robe dès que j'en aurai l'occasion. »

Apparemment, elle aussi semblait irritable sur certaines choses. J’imagine qu’elle ne devait pas forcément se trouver belle et à son aise même si elle ne l’avouerait jamais.

*Elle serait trop têtue pour avouer qu’elle ne s’assume pas totalement ou alors, c’est que son problème vient d’encore plus loin !, songeais-je*

Je sentais que cette discussion allait dériver sur la mode et que elle et moi n’allions pas nous entendre ! En tout cas, c’était clair: cette fille m’était sympathique donc je devais rester poli et courtois (enfin avec un petit diabolique comme d’habitude) avec elle ! Hors de question de me faire une ennemie !


Après quelques instants, elle répondit à mon autre question et me dit:

« -Je m'appelle Luce. »

Pour rester gentil avec elle, je lui répondis en souriant:

« -Enchanté de te connaître ! Je suis rassuré de savoir qu’il n'y a pas que des filles pimbêches dans ce monde ! »

Mais à peine avais-je fini de répondre poliment qu’elle attaqua mon sujet, mon monde et mon « job » en m’attaquant presque du même ton cynique que précédemment:

« -Je suis heureuse pour ce chat enragé que tu sois victime de la mode. Je me trompe ? M'enfin, peu m'importe. Je suis désolée de devoir t'infliger ça, mais tu vas devoir me supporter pour le reste de la soirée ; autant dire qu'elle est gâchée. Mais je te rassure moi non plus ça ne me fais pas plus plaisir que ça. Car, à moins que je ne me trompe encore, on est tout les deux perdus. »

Et là, je frisa l’énervement ! Moi ?! Une victime de la mode ?! J’aurai tout entendu ma parole !

*Reste calme Niel ! Reste CALME !!!!!!, me hurlais-je intérieurement*

Je lui fis un sourire radieux et tenta de lui expliquer gentiment et simplement:

« -Oh… Il semblerait que tu te méprennes sur mon caractère ma chère. Je ne suis pas un « fashion-addict » loin de là. Je suis en fait mannequin pour une nouvelle marque de luxe. Une marque coréenne. Alors, oui j’aime bien m’habiller mais, cela m’est venue grâce à la créatrice de cette marque qui m’a donné le goût de la « bonne mode » si tu comprends ce que je veux dire !
Non pas la mode des mannequins maigres comme des fils de fer qui défilent pour des marques aux prix bien excessifs !… Non, elle m’a donné goût à la « mode-caractère » comme elle le dit si bien. Je t’explique brièvement, parce que j’ai bien compris que cela n’était pas ton fort et c’est bien dommage, enfin bref… Passons ! Elle m’a enseigné la manière de s’habiller par rapport à ce que l’on est intérieurement ! Comme tu peux le constater, je ne suis pas ce qu’il y a de plus lumineux dans le genre ! Mais, je suis sur que même si rien de tout cela ne t’intéresse, tu pourrais trouver des vêtements qui te vont comme des gants, qui reflètent ta personnalité et qui en plus, ne sont pas si chers que ça !
Enfin voilà quoi, alors merci mais je suis tout sauf un accro de la mode !!!
Et pour ce qui est d’être perdu, oui on est bien deux à être perdu ! Cela fait un bout de temps que je suis ici sans savoir comment je reviens dans mon petit « chez-moi » ! »


Ce fut ma réponse mais j’avais un peu peur de sa réaction. Non pas qu’elle m’en veuille pour le fait que je sois une personne qui aime s’habiller à sa manière, mais qu’elle n’accepte ma réaction peut-être trop posée et calme pour elle. Mais enfin…
Puis, après quelques secondes de silence, j’entendis son ventre gargouiller faiblement. Moi aussi, la faim commençait sérieusement à ma gagner ! Alors pour détendre un peu l’atmosphère, je lui dis gentiment:

« -On dirait que tu as faim ma petite Luce ! Tu veux qu’on aille manger quelque part ? et si tu n’as pas d’argent, je peux te payer ton repas, j’ai largement de quoi payer pour deux ! »

J’affichais un grand sourire. Un sourire sincère comme rarement j’en faisais. Mais, cette fille, elle me semblait particulière. Très désagréable en surface, mais certainement un peu meurtrie au fond et surtout un peu sensible, même si elle ne l’avouerai jamais !…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Dim 5 Juin - 21:17

« -Enchanté de te connaître ! Je suis rassuré de savoir qu’il n'y a pas que des filles pimbêches dans ce monde ! »

- Mh ? pimbêche ? Il peut il y avoir bien pire que ça.

Cette phrase était plus une réflexion personnelle faite à haute voix -ou plutôt marmonnée à haute voix- qu'autre chose. Elle n'avait aucun intérêt particulier ; elle était presque juste là pour faire jolie. Mon regard était absent, tout comme mon esprit. Il vagabondait je ne sais où, il prenait une pause. En tout cas, pour revenir un peu plus tôt, il était certain que cette réflexion me concernait, oui c'était évident. Évident pour moi-même et pour tout ceux qui pensent me connaître..

J'étais tellement ailleurs que je ne réagis presque pas devant Petit Niel qui semblait faire tant d'efforts pour garder son calme. En temps normal, ce genre de réaction c'est ce que je préfère. Oui, pousser les gens hors d'eux c'est ce que je préfère. Réfléchir, déchiffrer, trouver le point sensible et les titiller dessus, par n'importe quel moyen. Relisez attentivement ce que je viens de dire et normalement vous devriez comprendre ce que je voulais dire pour ce qui est pire d'être pimbêche. Allez c'nest pas bien compliqué ! Je sais que j'ai une capacité de réflexion bien au dessus de la votre, mais ce que je vous demande est normalement largement dans vos moyens. Normalement... Je n'écoutais que d'une oreille le petit -ou pas- discours que me tenait Petit Niel (good surnom !), de toute manière il ne m'intéressait pas plus que ça. "fashion-addict", "bonne mode", "mode-caractère" bablabla... De quoi vous donner envie de dormir au plus vite. De toute façon son point de vu sur son job, je m'en balance. Ne me soucier que de ma petite personne et des mes opinions est ma plus grande qualité !

Je soupirai. Son discours avait été beaucoup trop long ; ou plutôt il m'avait semblé beaucoup trop long comme je n'y prêtais pas attention. Je ne retins que la conclusion : perdu. Je semblais enfin sortir de mon mode stand by. Je réussis même à lever le regard (qui vagabondait je ne sais où) vers Petit Niel. Encore une fois je le fixai pendant un laps de temps indéterminé. C'est aussi une des choses que je préfère. Fixer les gens comme ça, sans raisons particulières. Sauf que moi, quand je fixe quelqu'un, mon regard essaye presque de le transpercer comme pour essayer de voir à l'intérieur de lui, voir ce qu'il est réellement. Moi ça ne me dérange pas de faire ça, mais généralement au bout d'un moment la personne en face de moi finit par être de moins en moins à l'aise. Ce qui est assez marrant pour tout dire. Mais bon, comme pour tout il y a des exceptions. Pas plus mal en fait. Sinon on s'ennuie.

- Charmant discours, très émouvant. Et à par ça ?

Que pouvais-je dire de plus ? J'avais déjà quasiment tout oublié de ce qu'il m'avait dit et le "à par ça" ne servait strictement à rien. Nada. Cacahuète. ~Pirouette cacahuète Cool~ J'avais juste eus envie de le dire, pour le fun. Au meilleur des cas j'arrive encore à un peu plus énerver Petit Niel. Rien de bien grave.
Et tandis que je reprenais ma séance de fixation (j'navais même pas besoin de m'arracher l'cou, c'est magique), Petit Niel me fit une proposition à laquelle je n'avais absolument pas pensée. Je baissais le regard, laissant s'échapper un petit rire léger, sans joie. Encore du faux.

- J'espère que tu as conscience que je ne vais que profiter de ton argent. Mais si tu tiens absolument à m'emmener manger, je ne vais pas dire non vu que je meurs de faim.

Logique non ? Et puis je n'avais pas à avoir mauvaise conscience, c'était lui qui m'avait proposer et je l'avais prévenu que j'allais juste profiter de son argent. Tout est clair non ? Au pire tant pis. J'm'en balance, comme pour tant d'autres choses... Mon regard se posa à nouveau sur tout ses sacs, un nouveau soupir s'échappa. 8 sacs, c'est pas rien.

- Tu fais peines à voir avec tout tes sacs.

Dis-je dans un premier temps, puis je tendis la main vers lui en enchainant :

- Passes en au moins un ou deux. Et profite, ça n'arrive que deux fois dans l'année que je me montre gentille.

C'nest pas faux. Quand je suis d'humeur gentille ou généreuse il faut savoir en profiter. Ces moments là ont toujours été tellement rares.

- J'sais pas pour toi mais mois j'suis venue de droite, j'te propose de repartir par là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Dim 12 Juin - 22:28

Et pourquoi m’étais-je perdu ?! Sérieusement, ça commençait à craindre de parler avec une personne totalement inconnue qui est tout le contraire de moi !
Non pas que je ne l’aimais pas, elle était un peu… Originale, mais tout de même. Le lendemain j’avais des choses prévues moi. Qui plus est, ces choses étaient très importantes pour ma carrière dans le mannequinat ainsi que pour la marque de ma créatrice bien-aimée.
Enfin bref… Je continuais a parler avec Luce même si j’avais plus l’impression de parler à un mur qu’à une fille digne de ce nom si je puis dire !… C’était sans vouloir la vexer que je me mis à penser cela. C’est bien pour cela que je m’abstins de lui faire une quelconque remarque avant de repenser à cette réflexion à plusieurs reprises.
Mais la jeune demoiselle me coupa dans mes pensées, qui était, je dois bien l’avouer, plus que divergentes sur leurs points de vue:

« -Mh ? pimbêche ? Il peut il y avoir bien pire que ça. »

Voilà ce que me dis la petite jeune femme qui se tenait devant moi. Qu’est-ce que je devais comprendre ?! Était-elle une de ses jeunes filles d’apparence plutôt bonne mais qui au fond ne valait pas mieux que les pires garces habillées en Gucci ?!
Je devais me méfier tout de même à ce que j’allais lui dire. Mais bon, je n’allais pas faire dans la dentelle et l’épargner. C’était loin d’être mon genre.
Je lui répondis donc:

« -Que veux-tu dire par là ?! »

Réponse simple mais efficace. Ça marchait toujours. Puis, elle s’était mis à jouer avec mes nerfs sur un ton plus que sarcastique qui me déplaisait fortement… Surtout quand on parlait de mode, il fallait tout sauf me parler comme ça. Je lui avais donc dérouler tout ce que je pensais avec le plus grand calme, ce qui me prenait beaucoup d’énergie car je faisais tout pour rester d’un calme olympien.
Mais, je crois qu’elle n’avait pas bien compris sur quel terrain elle s’engageait avec moi. C’était bien dommage de sa part.

« -Charmant discours, très émouvant. Et à par ça ? »

J’eus une sorte de sourire nerveux.

*Niel ! CONTRÔLE-TOI !!!!!!!!!!!, pensais-je comme si j’allais mourir d’un infarctus dans les secondes suivantes*.

Je repris donc une sourire normal et j‘expliqua calmement:

« -Et bien, je pense que nous n’avons pas le même point de vue. Mais bon, il faut de tout pour faire un monde. Si nous étions tous pareils, ce ne serait pas drôle ! »

J’étais fier de moi, j’étais resté plus que calme. J’avais réussi à garder mon sang-froid sur ce grand sujet, plus que sensible, à mes yeux.
Bref, après quelques secondes répit, j’avais proposé, dans un élan de générosité, à Luce d’aller manger un bout parce que je mourais de faim et elle aussi apparemment puisqu’elle me répondit:

« -J'espère que tu as conscience que je ne vais que profiter de ton argent. Mais si tu tiens absolument à m'emmener manger, je ne vais pas dire non vu que je meurs de faim. 

-Profites-en c’est rare pour moi de propose une telle chose. Alors oui, nous allons y aller comme ça je ne pourrais pas revenir sur ma décision !, avait répondu du tact-au-tac »


Après cela, elle me jeta un regard plus que désespéré à mes sacs.

« -Tu fais peines à voir avec tout tes sacs. Puis elle fis un geste pour prendre mes sacs, Passes en au moins un ou deux. Et profite, ça n'arrive que deux fois dans l'année que je me montre gentille. »

Je lui jeta un regard presque noir.

« -J’ai beau "faire peine à voir" comme tu dis, je préfère garder mes sacs avec moi. Je n’ai pas trop envie de les confier à une fille comme toi !, l’avais presque agressée »

C’était sorti tout seul, mais mon dieu ce que cela faisait un bien fou. Je me sentis bien plus détendu après cela, comme si je venais de me libérer d’une tenue bien trop serrée pour ma petite taille.
Je continua de la regarder, un peu plus poliment cette fois, histoire de ne pas la froisser.
Mais, contre toute attente, elle me dis:

« -J'sais pas pour toi mais mois j'suis venue de droite, j'te propose de repartir par là-bas. 

-Et bien moi aussi, allons donc à droite, comme ça, on trouvera peut-être quelque chose que l’on reconnaîtra. »


Je me mis donc en route en prenant par la droite, et j’espérais pouvoir rentrer chez moi au plus vite, même si sentais que ce n’était pas du tout gagner.
Après tout, je n’étais plus à cela près…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   Sam 2 Juil - 15:15

- Ce que je veux dire par là ? C'est simple comme "bonjour". Au long de cette soirée apprends, ou du moins essayes de me déchiffrer et tu sauras ce qui peut être bien pire que pimbêche.

Ce n'est que la stricte vérité non ? Encore faudrait-il que Petit Niel survive à cette soirée.. Mais bon je ne me fais pas trop de soucis pour lui ; Petit Niel a du caractère c'est sûre. Soyons réaliste, il se défend pas trop mal face à moi. M'enfin bref. Je pouvais être sûre d'une chose, j'avais trouvé Le sujet sensible. Bon, à vrai dire ce n'était pas bien compliqué de le trouver. J'avais eus droit au discours de la bonne-mode et blablabla, mais pour moi il n'était toujours qu'un fashion victime, rien de plus. Je garde quelques petites répliques sous ma manche sur ce sujet pour les sortir plus tard dans la soirée. Oui oui, je prévois même mes répliques à l'avance ; au moins comme ça je suis sûre qu'il n'y aura pas de blancs. J'aurai toujours une petite rétorque saillante sous le bras. Plutôt cool non ? Roh et puis on s'en fout.

J'avoue que Petit Niel était assez marrant. Il bouillait de l'intérieur c'était évident, mais malgré tout il répondait à chaque fois très posément. Moi je n'attendais que le moment où il se lâcherait enfin. C'est bien beau de savoir garder son calme sous n'importe quelle occasion, mais il faut aussi savoir se relâcher, gueuler un bon coup et hop c'est repartit pour un tour. Si on ne fait que se contrôler sans cesse, on devient fou ! Moi j'n'ais pas ce problème, mais si c'était l'cas je deviendrai complètement ouf ! J'attendais, j'attendais et j'attendais encore... Je crus même un instant que j'allais devoir en rajouter pour enfin voir Petit Niel dire ce qu'il avait sur le cœur. Mais non !

YES ! J'avais enfin obtenu ce que je voulais ! J'avais même droit au regard noir en plus ! Haha ! C'est noël ou quoi ?! Enfin, pour la première fois de la soirée je rigolais enfin, mais pas d'un rire faux non, un vrai rire ! Le genre de rire qu'on a quand on passe une bonne après-midi entre amis (ne me demandez surtout pas comment j'ai pu faire cette comparaison vu que je ne fais aucune aprem' entre amis). On peut applaudir Petit Niel, il m'avait sans vouloir presque mise d'assez bonne humeur. Faut le faire non ?

- Enfin ! J'ai cru que tu n'allais jamais te lâcher pour de bon ! Tu m'as presque fais peur sur ce coup là. J'ai même cru que j'allais devoir en rajouter !

Ouh là là et dire que j'avais déballé mes pensées comme ça, tout naturellement. Oui, là c'est sûre que c'est noël pas de doutes.

- Bon, au moins maintenant je sais qu'il est inutile que j'essaye de me montrer gentille puisque de ma gentillesse, on en veut pas. Je retiendrais cette leçon.

Non non, je n'avais pas dis ça sur quelconque ton sarcastique ou même méchant, agressif, non. Comme je l'ai dis quelques minutes plus tôt, Petit Niel avait presque réussit à me mettre de très bonne humeur. Je me surpris même à trouver un vrai sourire sur mes lèvres qui devait être là depuis un moment. D'ailleurs, je ne le chassa pas, les occasions où je souris vraiment sont tellement rares qu'il vaut mieux savoir en profiter.

- On en était où ? Ah oui, Droite Toute !

Il est dur de me supporter tout court, mais il est encore plus dur de me supporter quand je suis presque de bonne humeur. Mmh, mes changements d'humeurs du tac au tac me font presque rire !
Bien évidemment je n'insistai pas plus pour les sacs. J'avais entamé la route en compagnie de mon compagnon pour cette soirée, en silence. Je n'avais pas oublié les quelques répliques que j'avais mises de côté, mais pour une fois je préférais me taire. Un court instant de répit n'était pas de refus. Surtout pour Petit Niel. Maintenant qu'il s'était lâcher il était préférable de le laisser un peu mariner avant de repasser à l'attaque.

Je marchais tranquillement, sentant le vent dans mes cheveux. Je jetai à nouveau un vague coup d'œil vers Niel -pas Petit ?. Décidément, j'avais vraiment envie d'insister finalement. Je fis un écart, lui barrant presque le chemin. Si ça continu, il va finir par avoir envie de me massacrer.

- Nan sérieusement, tu n'veux vraiment pas que je te prenne un sac ? J'te rassure, même si j'suis la plus odieuse des filles il n'arrivera rien à tes sacs. Allez j'te l'jure.

C'est bête, mais j'ai envie de porter un sac. Et je ne lâcherais pas le morceau tant que que je ne porterais pas un sac.
Ouais j'sais, j'suis étrange.



[HRP : Wow, désolé de la longue absence O_o]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la mode rencontre la nature [Pv Luce Kurumi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la mode nous réunit ? (Feat Jade )
» Quand Mère Nature vous offre des surprises... pas toujours bonnes. | Adrian & Willy
» Quand la sadique voulait s'envoler.
» Le serpent change de peau, mais garde sa nature.
» vernis satiné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: RP FINIS OU ABANDONNES :: Ville-
Sauter vers: