AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lysander ou le type le plus con du monde [Done]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lysander Taylor

avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age : 28
Localisation : Tsss...
Date d'inscription : 13/03/2011

Feuille de personnage
Age:
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec:

MessageSujet: Lysander ou le type le plus con du monde [Done]   Mar 19 Juin - 21:36

Putain je suis vraiment obligé ? … Yo tu peux m’appeler Lys. Ou m’appelle pas en fait.

→ Âge :23 piges
→ Classe :J’ai une tête à aller à l’école ?
→ Lieu de naissance :Liverpool
→ Statut : Étudiant en Horticulture, Jardinier



Caractère
Rah putain de formulaire à la con. Franchement est-ce que je suis obligé de faire ça ? Qu’est-ce qu’on en a branlé de mon foutu caractère ? Nan mais sérieux. J’ai une tête de terroriste ? C’est pour ça que je suis obligé d’écrire tout ça ? Bon okay. Je vais le remplir votre truc.
Alors ouais mon caractère… Je suis juste un p’tit con. Ouais ça me décris bien je crois. Je suis le gars que personne veut inviter en soirée parce que ouais je bois tout l’alcool, j’insulte les gens, crache leur quatre vérité à la figure avant de se barrer avec les apéritifs. Je suis le gars qui squatte les bars du coin et qui part sans payer son verre, je suis le gars qui squatte dans les tripots délabrés et qui paris toujours sur le mauvais cheval. Pourtant je suis le gars qui écrase beaucoup de monde au poker parce que je bluff bien et je triche bien.

Je vous vois venir hein, vous m’prenez pour un déchet, un truc qui s’accroche aux basques des autres pour survivre. Ouais mais vous avez tout faux. J’aime pas les gens, j’ai pas de respect pour les autres, je demande pas d’ami, ni de connaissance moi et ma bouteille on se suffit. Par contre si vous avez du fric et que je le sais je risque de venir vous le réclamer, parce que entre pote faut s’entraider. Même si on est pas pote. Après si vous refusez, je vais pas chialer, juste tracer ma route après avoir volé votre portefeuille.

Il m’arrive très souvent de boire, ça vous l’avez sans doute compris, du coup il m’arrive souvent de me réveiller le lendemain dans des endroits plutôt insolites comme une barque au milieu du lac, la plage, la patinoire. Me demandez pas ce que j’arrive à m’endormir dans ce genre d’endroit, je me souviens généralement pas de la veille, ce qui fait que je me retrouve souvent dans la merde malgré.

Après tout ça vous estimerez sans doute que je ne vaux rien ou presque, que vous êtes mille fois mieux que ça. Pas la peine de nier, j’en connais beaucoup des gens comme ça, qui s’estiment mieux que moi parce qu’ils pensent que je suis un déchet. Vous savez quel est la différence entre vous et moi ? C’est que je suis con et que je l’assume, je me bride pas, je me fous complétement de la moral, de votre moral, c’est pour ça d’ailleurs que je bois comme un trou, que je fume comme un pompier aussi et qu’il m’arrive de fumer de l’herbe, je fais ce qui me plait, sans penser aux conséquences, quand vous ne faites que répéter que je suis qu’un inconscient associal moi j’entends juste de la jalousie. Combien d’entre vous oserez bafouer la moral, vivre ma vie, sans regret ? Très peu parce que vous vous souciez souvent du qu’en dira-t-on pour ça, vous parlez souvent beaucoup mais au final vous avez pas assez de couilles pour défendre vos idées jusqu’au bout ou bien me foutre votre poing dans la figure, moi si par contre.

Après ça n’est que l’aspect visible de l’iceberg. Parce que ouais je suis un bon gros vilain iceberg. Ce que vous ne pourrez jamais savoir parce que faut que je vous considère autrement que comme nuisible et inintéressant pour le savoir c’est que je suis étudiant en horticulture. Je veux devenir paysagiste ouais. Je préfère m’occuper des plantes que des hommes, elles sont pas ingrates, elles sont jolies mais en plus elle ne me casse pas la tête à bavasser comme les filles du lycée dans lequel je travaille en tant que jardinier. Parce que voyez faut que je passe mon stage pratique ensuite je pourrais travailler comme paysagiste. Si c’est pas la grande classe ? En plus la directrice est super sexy vous voyez le genre ? C’est pour ça que je suis dans ce lycée et pas un autre.

Bon à part ça que dire d’autre sur moi. Si on arrive à être pote, tu pourras toujours compter sur moi, si t’as un problème, je viens t’aider, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, j’attends la même chose de toi par contre. Si je dis tu c’est parce que y’a peu de chance que plusieurs personnes arrivent à devenir pote avec moi mais si t’y arrives, je serais là.

Il est temps d’en finir maintenant… Alors, en vrac :
Je suis pas ingrat, un peu justicier à la con sur les bords. Je suis un peu dragueur, je tolère juste les nanas par contre. J’ai rien contre les mecs qui préfèrent les mecs, c’est leur vie mais je préfère qu’ils tentent pas de m’accoster. Bon vous avez aussi compris que j’avais quelques problèmes de comportement, je suis un peu violent comme mec c’est vrai mais je ne me bas jamais pour rien, si on me cherche on me trouve. Je tape pas les gonz’ mais pour celles qui croient à l’égalité des sexes ça me déranges pas de leur foutres une baigne, surtout si elles sont chiantes. Je suis un faux manipulateur, je me donne beaucoup d’airs de bad boy mais je suis qu’un mec comme les autres dans le fond, si si je vous jure. Je suis toujours sincère, je prends pas de pincette, je suis pas subtile, je sais pas être courtois ou poli, je suis un peu fatigant, j’aime faire suer les autres mais j’aime pas quand c’est les autres qui commencent à me faire suer. Je fuis les autres d’ailleurs parce que j’aime pas trop les endroits bondés et j’aime bien être tranquille, pépère voyez ?

Ouais au final je sais, je suis trop cool, je sais, je me ferais presque bander moi-même tiens et je manque pas une occasion pour souligner à quel point je suis cool. Que dire d’autre ? Rien sans doute, bon, vous êtes content ? Attendez… Comment ça y’a d’autres truc à écrire… ?


Physique

Franchement... Je suis obligé? Est-ce que y a que moi dans cette fichue ville qui trouve ça bizarre de devoir écrire à quoi il ressemble? Non mais sérieusement. Vous pouvez pas juste me prendre en photo? Faut que j'écrive. J'Y SUIS. Vous voulez vérifier si je suis pas bourré, vérifier que je sais encore qui je suis à quoi je ressemble tout ça. Ou c'est juste histoire d'm'emmerder un bon coup. Je penche plutôt pour la dernière hypothèse je sais pas pourquoi tiens. Aller je vais juste obtempérer pour que vous lâchiez un peu. Mais je persiste à dire que c'est ridicule, vous êtes sûr que vous voulez pas de photo? Nan? Ouais je connaissais déjà la réponse bande de chieurs.

Comment on se décrit par écrit... C'qu'on m'a jamais d'mandé de faire ça, même ma prof de lettre la plus folle de toute ma vie d'étudiant m'a jamais d'mandé à faire ça. Je suppose que je pourrai commencer par les choses évidentes, comme ma blondeur naturelle. Ouais, vu mon nom et mon origine je ressemble pas à un bridé. Donc je suis blond, le roi des cons est blond. C'est drôle nom? Avouez que ça vous a fait un peu sourire. Je pourrais disserter longtemps sur ma couleur de cheveux juste pour remplir le quota de ligne mais je le ferai pas parce qu'on s'en branle que mon blond tire sur le blanc et qu'à la lumière, on a du mal à faire la différence entre le blond et le blanc.
Après la couleur, la coupe de cheveux. Alors, ouais, j'ai les cheveux cours. C'est tout. Vous trouvez ça un peu léger? Non mais vous foutez de qui ? Qu'est-ce que vous voulez savoir ? Si j'ai l'front dégarni? Et bah non bro' j'perds pas mes cheveux. Je mets pas de gel dedans parce qu'avoir les cheveux de la même consistance que de la confiture ça me tente pas trop. J'aime pas avoir les cheveux dans les yeux alors je vais souvent me faire couper la frange. Voilà. Ma raie? Nan mais vous voulez pas non plus savoir si ma bite penche plutôt à droite ou à gauche? Bon d'accord j'réponds. Ma raie du milieu dans les cheveux n'est pas tout à fait au milieu mais à droite. Satisfaits? Ah ouais dernier détailles, j'ai deux barrettes fines dans les cheveux, souvenir d'une nana. J'en dirais pas plus de toute façon.
Après la couleur et la coupe de cheveux, l'épaisseur. J'ai les cheveux ... Nan je déconne. On va passer à une autre partie de ma sublime anatomie.

Mes yeux. J'ai les yeux, comme n'importe quel idiot pas aveugle pourrait le constater, rouges. Nan mais bien sûr que c'est naturel aussi, azy et je suis un martien aussi j'ai la peau verte et tout, des antennes planquées dans mes cheveux. Bad joke.
On reprend donc j'ai les yeux rouges et non ça n'est pas naturel, j'porte des lentilles. Pourquoi? Parce que ça donne un regard de fou furieux, du coup quand je toise un mec dans la rue il sursaute et il s'écarte de moi. C'est sacrément drôle. Sinon ça plait aux nanas. Tu dis aux plus sottes d'entre elles que t'es albinos et elles te mangent dans la main. Les nanas ça aime bien les mecs avec un truc fragile en eux, ça les pousse à s'occuper d'eux et à les chouchouter. J'aime bien être chouchouté, surtout par les fifilles de riches. Autres avantages à la rougeur de mes yeux, c'est qu'on a du mal à m'oublier. Pourquoi avantage? Si vous vous battez avec un mec et que vous lui flanquez la raclé de sa vie, il flippe sa maman quand vous le recroiserait plus tard il va tellement flipper qu'il va accélérer le pas quand vous allez passer à côté et c'est drôlement fun après, de le suivre, en suivant son rythme en plaçant un evil laugh de temps à autre, histoire de lui foutre encore plus les foies. Quand vous le coincez dans une ruelle il s'est presque pissé dessus, après, vous reste plus qu'à lui tapoter la tête en vous foutant de lui après avoir réclamé le fric dans son portefeuille. Nan franchement c'est cool le rouge, ça fait peur aux gens et c'drôle. Bon l'inconvénient c'que quand vous vous présentez pour avoir un crédit dans une banque ou bien quand vous vous rendez à un entretien pour un emploi parce qu'on vous prend pour un délinquant. C'est quand même dingue ça, je suis pas un cassos! J'ai jamais tué personne non plus et quand je parle aux vieilles mémés c'pas pour leur voler leur sac, je m'abaisse pas à voler les faibles. C'est bon on peut passer à autre chose? Nan? Quoi encore! La vraie couleur de mes yeux...? Non vous ne voulez pas savoir. Nan mais c'mort, je le dis pas. Même si c'est marqué sur mon passeport et que vous le savez déjà puisque vous avez vérifié que j'étais pas un clandestin. QUOI. Qu'est-ce que ça peut vous foutre que j'ai les yeux bleus en vrai hein? Qui est-ce qui rit. Le premier qui dit quelque chose sur ça je le tue. Le premier qui m'dis que je suis le "fils de la poupée barbie et de Ken" je le fume! Parce que, de un faut pas parler de mes vieux comme ça et que de deux c'est complètement faux que les blonds aux yeux bleus ce sont les descendants de Barbie et Ken. Nan mais si ont étaient tous leur fils ça serait trop flippant et ça voudrait dire que j'ai sauté mes petites soeurs et ça c'est vraiment dégueux comme idée.

On passe aux oreilles maintenant, voyez? Elles sont belles, pas trop grandes et pas trop petites c'est cool. Y'a des piercings aussi, trois à droite, deux à gauche, trois anneaux en acrylique, deux à droite, un à gauche, placés sur la lobe plus deux anneaux sur le cartilage en titane noir. C'est tout. Quoi vous voulez savoir combien de fois je me lave les oreilles? J'ai des piercings je sais donc que l'hygiène est importante pour pas se choper une infection.

Le nez. Voilà, j'ai un nez. Non mais vous êtes sérieux? Qu'est-ce que je dois vous raconter sur mon nez bordel? J'ai pas le nez de Cyrano truc, il est comme les autres, un peu pointu p't'être mais c'est tout. Tant que j'ai pas de poil qui dépassent ou de la morve qui coule ça me va hein je vais pas écrire un roman là-dessus.

La bouche maintenant. Une bouche c'est composé de deux lèvres roses. J'ai deux lèvres. J'ai toujours pensé que les piercings aux lèvres c'tait pour les gonz'. Puis un jour une gonz' m'a fait faire un piercing à la lèvre. Du coup j'ai un anneau là sur l'inférieur côté gauche. Y'a des nanas qu'aiment pas qu'on les embrasse avec alors je l'enlève, ça me gêne pas de le faire.

Dans cette bouche j'ai des dents. J'ai plus mes dents de sagesse, pas de carie, pas de plomb, on a jamais rien fait à mes dents parce que j'en prends soin voyez? Le sourire ça s'entretient. Le tabac a pas encore jaunit mes dents. C'p't'être ça qui me ferait arrêter si jamais je dois arrêter de fumer un jour mais pour l'instant j'ai pas l'intention de le faire. J'ai pas une haleine de chacal, sauf si je bois un truc trop fort, je mache pas de chewing gum, la menthe me donne la gerbe. Mauvais souvenir d'une cuite à la Get 31&27. Vomir vert ça fait tout drôle. C'est comme si vos boyaux étaient devenus extraterrestre et si on oublie le fait que c'pas drôle de vomir et que c'est dégueux, ça peut être plutôt drôle.


Putain les gars, plus que le menton et j'aurais fini de décrire ma face! Cool hein? J'ai le menton un peu pointu voyez, parce que j'ai eu le malheur de naître avec un visage plutôt fin. Bon c'est sûr que ça me donne pas une bouille de bébé mais vous pouvez pas savoir à quel point c'est chiant quand un mec vous taquine sur votre gueule de gonz' surtout quand on sait que j'ai quelques problèmes de pilosité. J'ai jamais eu de poil sur le menton. Pas même le début d'une moustache. Rien. Quand j'étais jeune, j'avais l'impression d'être amputé de ma virilité quand mes potes de collège ont commencé à devenir poilu. Bien sûr j'ai jamais voulu avoir autant de poil que Chewbacca mais quand même. Y'a des mecs qui pour me charrier, me traitaient de femelle. J'ai jamais eu de sein, jamais eu de voix de gamine ou de vagin, juste pas eu les poils à l'adolescence. Pourtant, chez les mâles même si les poils sont importants, c'est le mec qui a la plus grosse qui gagne. C'est pour ça que mes potes ont arrêté de m'appeler Blanche Neige. Je dis pas non plus que j'ai la plus grosse au monde, nan un black en aura toujours une plus grosse que moi et Chuck Noris aussi, p't'être, mais ça compte quand même chez les hommes la taille, même si vous, les nanas vous vous en foutez comme de l'an quarante.

J'ai fini le visage trop bien. On peut passer à autre chose maintenant? Nan? Mais c'que vous êtes relous les mecs... Bon. Je pense que je peux parler de ma peau aussi tant qu'à faire. J'ai la peau blanche, pas faite pour être exposée au soleil. Du coup quand je m'occupais de mes petites plantes j'attrapais des coups de soleil de fou furieux. Donc j'ai commencé à jardiner avec un bandana sur la tête et à foutre un sous-pull sous ma salopette de jardinier. C'est vrai que ça fait un peu look de pecnot comme ça mais je porte que ça quand je dois rester longtemps exposé au soleil pour jardiner.
Dans la vie de tous les jours je porte des trucs divers et varié. Des pantalons, des jeans, des chemises, manche courte, manche longue avec le col ouvert et une cravate qui est là juste pour dire d'être là, mais que je ne sers pas, un veston aussi pour paraître chic. M'arrive aussi de mettre des t-shirts, mais uniquement avec les jeans pour pas faire trop clodo. Je porte des chaussures aussi. Des bottes en caoutchouc quand je taf (ouais je sais, ma tenue de travail est sexy), des baskets de type converse avec les jeans et des chaussures de mecs bien habillés quand je tente le veston, la cravate et le pantalon. Bah quoi? Vous pensez que j'étais expert en chaussure?

Ensuite, je sais que mes sous-vêtements vous intéresse alors je vous annonce le type et la couleur. Caleçons ou boxer, gris, bleus marins, noirs ou encore blanc, mais plus rarement. Quand je vais à la mer je mets... Quedale. Je vais pas à la mer, ni à la piscine. Je sais pas nager et j'ai pas envie d'apprendre. Sinon je dors pas à poil, mais en caleçon bien que ça me dérange pas de me foutre à poil je suis pas pudique, pas exhibitionniste non plus.

Bon aller comme je sais que vous êtes pointilleux je vais vous dire combien je mesure, 1m92, je sais que je suis plutôt grand mais bon, les occidentaux sont plus grands que les bridés, même si la tendance s'inverse plutôt. Je sais plus trop combien je pèse, mais je suis pas gros sans être maigre non plus. Est-ce que je suis musclé? Ouais mais c'est pas voulu, travailler la terre ça muscle plus qu'on ne le croit, mais pas tant non plus au moins ça à l'avantage de pas me donner une allure de crevette. Sinon je chausse du 45 si jamais ça vous intéresse. Je peux aussi vous dire combien elle mesure si vous le souhaitez... Naaaaan je déconne je m'amuse pas à me mesurer.
Dernière chose. Les tatouages. Parce que ouais j'ai des tatouages. Un sur l'omoplate droit, un aigle qui s'apprête à fondre sur une proie. Un autre, représentant un soleil sur le poignet gauche puis enfin un croissant de lune noir pas loin du nombril, sur la droite.

Bon j'ai fini maintenant à moins que vouliez que j'essaye de décrire mes organes, vous me libérez maintenant ? Nan, vous vous foutez de moi là... Y a encore une chose à faire?


HISTOIRE
Vous voulez quoi encore putain? Mon histoire? Mais vous êtes quoi? Le service d'immigration clandestine de Nagoya ou quoi? J'ai déjà montré mes papiers, coopéré jusqu'à présent, vous pouvez me laisser partir nan? C'est pas parce que je suis anglais que je suis un clandestin voyez? Faut vraiment que je vous raconte ma vie sérieusement? ça m'appartient nan? Rah bordel... Si vous promettez de ne pas divulguer mon histoire je vais l'faire. Mais après j'écris plus rien, vous vous contentez de ça et vous me foutez la paix. Right?

Bon c'est partie, par quoi commencer... Quand j'étais petit j'étais un gamin, remarquez ma lapalissade astucieusement bien placé, c'juste un effet de style pourri ouais je sais... Donc comme je le disais quand j'étais gosse, avec ma famille on habitait encore Liverpool, mon père travaillait comme comptable dans une énième compagnie et ma mère... Bah ma mère elle prenait de l'argent de mon paternel et elle allait le claquer dans les magasins. Vous m'éprenez pas, j'ai toujours aimé ma mère, elle était toujours fourré à la maison du coup quand j'rentrais elle était toujours là à m'attendre, assise tranquillement sur son fauteuil roulant. Elle faisait des gâteaux, elle sentait toujours bon la myrtille, elle m'aidait à faire mes devoirs, pendant que mon paternel rentrait le soir en souriant, toujours, on était heureux. Enfin je le croyais, mais quand on est gamin on remarque pas certains signes, on sait pas encore faire la différence entre le vrai et le faux. Je pensais que j'étais une sorte de héro dont les parents vivraient ensemble et heureux pour toujours. Malheureusement la vie c'pas toujours facile. Je l'ai compris quand mon père et ma mère ont signé le foutu papier de divorce à l’amiable.

Oh ça m'a affecté voyez, je comprenais pas, j'avais que six ans à l'époque et mes parents bah toutes ces six putains d'années je croyais dur comme fer qu'ils étaient heureux. Alors même quand j'étais baladé d'un bout à l'autre du comté de Merseyside pour aller chez mon père et après chez ma mère j'avais toujours l'espoir ridicule qu'ils se remettent ensemble. Alors bah je forçais mon père à rentrer dans la maison de ma mère pour qu'ils se voient, persuadés qu'un jour l'étincelle se rallumerait d'une manière ou d'une autre. Sans me douter que je leur faisais du mal à tout les deux en agissant comme ça. Pourtant personne ne disait rien là-dessus, nan ils s'échangeaient même quelques banalités, se souriaient, comme avant. Le gamin que j'étais était heureux, ça oui, je me souviens, je préparais de nouveaux plans d'attaque pour les remettre ensemble, conforté un peu plus dans l'idée qu'ils s'aimaient encore.

Pourtant durant les six années qui suivirent leur relation ne bougea pas, nan, ça se dégradait pas, ça s'améliorait pas non plus. J'étais de plus en plus frustré et agacé. Pourquoi ne se remettaient-il pas ensemble? Pourquoi rien ne se passait comme prévu? Pourquoi ont-ils décidés de se séparer du jour au lendemain? Jamais j'avais vu mon père ou ma mère hausser le ton. Jamais. Mes parents me souriaient toujours presque niaisement quand je les regardais, leur parlais. Alors je ne comprenais pas pourquoi, si ça n'était pas parce qu'ils ne s'aimaient plus ou qu'ils ne m'aimaient plus, pourquoi avaient-ils divorcés?
Ces questions tournaient dans ma tête, me tourmentaient, je passais de gamin insouciant à gamin sombre et pensif, solitaire. Finalement, excédé j'ai fini par poser ces questions à mon paternel et là son visage se figea. Il ne souriait plus bêtement, il serrait la mâchoire, se yeux brillaient, de tristesse, ses mains tremblaient comme tout son corps ou presque, puis ses épaules s'affaissèrent, son visage semblait se décomposer, ses lèvres s'étirèrent vers le bas, il agrippait plus fort le rebord de la table à manger puis finalement il pleura. Et moi j'étais resté comme un con à le regarder, en silence, décomposé et dévasté, ne comprenant pas ce qu'il le rongeait, je disais rien, je regardais juste le gars qui ressemblait à mon père sans jamais détourner la tête, j'avais jamais vu mon paternel dans cet était, j'avais toujours eu droit au sourire. Toujours. Au bout d'une demie heure il ouvrit enfin la bouche. Et les paroles se déversèrent comme une rivière hors de sa bouche, à tout vitesse, à toute à allure, comme si le barrage qui le retenait jusqu'à présent avait fini par céder. My whole life was a lie.

Ce qui avait bouffé le couple de mon père et de ma mère était la culpabilité de mon père et le fauteuil de ma mère. D'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours connu ma mère sur son fauteuil. Ma mère m'avait toujours dit que c'était à cause d'un accident qu'elle était devenue comme ça. Ce que j'ignorais c'était que mon père en était le responsable. Ce soir là il avait trop bu au mariage de se sœur, moi j'étais malade et encore un marmot braillard juste à peine capable de marcher, ils m'avaient confié à la meilleur amie de ma mère pour le week-end. Ils devaient rentrer en voiture, ma mère avec une course le lendemain alors ils devaient rentrer à Liverpool dans la nuit. Mon père savait qu'il avait trop bu et qu'il n'aurait pas dû insister pour prendre le volant. Pourtant il l'avait fait. Ma mère n'avait pas pu participer à la course, d'ailleurs elle ne le pourrait plus jamais parce qu'elle perdit l'usage de ses jambes.
Il se rependait en excuse devant moi, alors que dans mon esprit essayait de comprendre tout ce qu'il venait d'avouer. «  Elle aurait du participer aux jeux olympique, mais à cause de moi... » qu'il répétait sans cesse. Pendant six ans ils avaient essayés de vivre avec ça pour moi, ils s'étaient juré de ne jamais montré de faiblesse devant moi. Il m'expliqua que ma mère lui en voulait d'avoir gâché le rêve de sa vie. Que chaque fois dans yeux il lisait de la haine et que lui ne s'était mis à vivre que dans l'espoir stupide de pouvoir se racheter à ses yeux. Mais ma mère n'y arrivait pas, alors elle passait son temps à sortir dépenser le fric de mon père et voulait qu'il passe le plus de temps possible loin d'elle. Ils essayèrent de vivre comme ça, pour moi mais ils n'y étaient pas arrivé, chaque jour qui passait étaient une torture. D'un commun accord ils avaient décidé de se séparer.

Mes beaux plans tombèrent à l'eau. Ils ne se remettraient jamais ensemble, je les avaient fais souffrir en les forçant à se croiser mais en même temps j'étais en colère, contre eux, contre moi. Ils m'avaient menti, avaient continué cette triste mascarade, s'étaient moqués de moi, m'avaient fais espérer pour rien. Et moi je me trouvais bien con de les avoir cru de n'avoir rien vu.

Je regardais mon père qui semblait fait de boue à cet instant, alors que ses larmes continuaient de tomber, je me levais et ouvrit la bouche enfin pour lui dire qu'il n'était plus forcé de m'accompagner quand je retournerais chez ma mère. C'est tout. Je me levais sans terminer mon repas déjà froid et allais me réfugier dans ma chambre. J'crois que c'est à partir de ce moment là que j'ai commencé à changer complètement.

Après ces révélations, je voyais plus mes vieux du même œil. Je me suis renfermé un peu plus sur moi, je pensais qu'obtenir des réponses me ferait du bien, je m'étais bien planté. Par contre ça a vachement soulagé le paternel, il va mieux, il est plus gai, il s'est même trouvé une copine. Ma mère elle, elle me fait toujours des gâteaux. Elle sait que mon père à parlé. Elle m'avait demandé si je la trouvais injuste d'en vouloir à son mari. Je lui ai juste répondu que je la trouvais pas injuste d'en vouloir à l'homme qui avait gâché sa vie mais injuste d'en vouloir au mari. Je pense que c'est la dernière vrai discussion qu'on a eu. Ils savaient que j'étais en colère contre eux et ils le comprenaient c'est pour ça qu'ils m'ont foutu la paix je crois.

J'étais au collège, personne me parlait parce que j'renvoyé chier tout le monde avec une insulte bien sentit. J'étais pas l'gars populaire de la classe qui fait des conneries et que tout le monde suit, moi j'étais le gars dont on s'approchait pas parce qu'il faisait peur. Pourtant j'avais des potes ouais, des mecs de dernière année avec qui je trainais. Ils m'ont donné ma première cigarette, m'ont fait faire mes premières conneries du genre aller appuyer sur l'alarme incendie, incendier les poubelles, foutre de la glue sur la chaise du prof. Pourtant si j'étais un fauteur de trouble et que j'arrivais quand même à me débrouiller pour avoir des notes correctes. Je bossais comme un dingue le soir quand je rentrais à la maison, je savais que si je faisais quelques conneries à l'école mes vieux s'en mêleraient pas puis le but étaient de les emmerder et de leur faire croire que si je filais un mauvais coton c'était de leur faute, pas de foutre en l'air mon avenir en devenant un cancre.

Finalement j'ai réussi à terminer le collège en frôlant l'exclusion définitive plusieurs fois. J'avais 15 ans. Mon paternel s’était remarié avec sa copine. Sa copine elle venait me parler. Elle comprenait que je faisais ça pour emmerder mes vieux, pour les punir. Ouais, elle était intelligente. Elle elle avait de cran pour m’engueuler. Pour me donner des punitions quand je faisais une connerie. Pas comme mes vieux. C’était mon seul repère à l’époque. Mon seul VRAI repère. Elle m’avait dit que c’était pas comme ça que j’attirerais leur attention, que tout ce que j’allais finir par faire c’était de me foutre en l’air. Et je savais qu’elle avait raison. Puis elle me proposa un truc. Elle allait être mutée au Japon. Chez les bridés ouais. Elle me proposa de repartir à zéro là-bas. Que j’avais juste à convaincre mon père et ma mère. Et j’ai accepté.

Et quand j’étais sur le tarmac, je me trouvais con d’avoir accepté. Je voulais pas quitter ma belle Angleterre. Mais j’avais plus choix. J’allais pas l’avouer parce que j’avais ma fierté. Ma fierté d’ado. Quand j’étais dans l’avion j’insultais de tous les noms cette pauvre conne de mère qui n’avait même pas daigné dire au revoir à son fils. Et je me jurais de revenir pour aller la traiter de conne. Mais pour l’instant je pleurais, comme un con, en silence, dans l’avion.

Ma belle-mère m’avait inscrite à une putain d’école de bourge, là-bas, à Tokyo. Une école international. Là-bas c’était les gosses de PDG qui y allaient. Les gosses de PDG qui savaient pas parler japonais. Et des gosses de riches familles Japonaise aussi. Et moi je trouvais que j’allais franchement pas avec le décor. Pourtant je faisais avec. J’allais en cours. Je fermais ma gueule. Mais j’avais quand même une allure de délinquant. C’p’t’être pour ça que les gens de ma classe passaient leur temps à me toiser. À me regarder de haut. Oh je m’en foutais un peu. J’avais pas besoin de pote de toute façon.

Puis elle arriva. Celle qui changea ma vie. Une fille. C’ était une japonaise. Une fifille de bonne famille. Depuis son arrivé elle avait pas cesser de me regarder. De me suivre. Mais genre tout le temps. Vous voyez? Elle m’attendait partout. Quand je sortais des toilettes elle était là. Quand je sortais de chez moi elle était là. Quand j’allais bouffer sur le toit elle était là. Je flippais. Elle me foutait vraiment les jetons. Puis un jour ça lui a plus suffit. Elle a voulu me parler. J’ai commencé à l’ignorer. Je me suis dit « Hey si je l’ignore elle va me foutre la paix. » Je me gourais.
Ça a été pire. Elle faisait tout pour attirer mon attention. Mettre des punaises dans mes chaussures. Voler mes stylos. Me faisait des croche-pieds. Ça a duré pendant un mois. Puis je lui ai donné rendez-vous sur le toit. Parce que j’devenais un persécuté aux yeux des autres. Parce que ça me gonflait ce petit jeu. Je lui ai demandé c’que c’était son problème. Elle m’a répondu qu’elle était amoureuse de moi. J’étais vraiment sur le cul. Moi je ressentais pas grand-chose pour elle. Mais bon, elle était pas hideuse. Et en plus son acharnement avait eu raison de moi. On a commencé à sortir ensemble.

J’ai appris à mieux la connaître. Elle s’appelait Kana, sa famille a toujours été prospère. Avant elle habitait Nagoya/ Elle faisait de la composition florale. Ce qu’elle faisait avec des fleurs… C’était de l’art. Elle voulait reprendre l‘affaire familiale. De toute façon c’était elle la plus doué. Son frère il était trop occuper à bouger son cul sur une scène. Parce que ouais, son frère était le leader d’un Boy’s band connu. C’était d’ailleurs lui qui avait conseillé à sa sœur de me persécuter pour que je fasses attention à elle. Je l’aimais quand même pas mal son frère, il était de bon conseil . Mais sa sœur plus que le frère.

Elle était énergique, toujours à courir partout, à me traîner partout. Elle arrivait toujours à faire ce qu’elle voulait de moi. Il suffisait qu’elle me titille un peu. Si on avait un différent on réglait ça aux cartes. Elle me battait toujours. Elle trichait bien. C’est avec elle que j’appris à parler le japonais. À l’écrire. Elle m’aidait toujours, se foutait un peu de mon accent mais quand je me trompais elle me rectifiait toujours. Avec elle j’ai vécu les pires et les meilleurs années de ma vie. Pendant quatre ans. On a fait de belles conneries ensemble. Les piercings, l’alcool, la cigarette, les tatouages, l‘amour sans capote. Elle voulait tout essayer avec moi. Elle disait que ses parents l’avaient trop préservés. Elle disait que c’était sa vie, la notre, qu’on devrait la vivre comme on le voulait pas comme on le devrait. Et je la trouvais belle, forte, indépendante, attirante, sensuelle, drôle, spirituelle, dangereuse, inconsciente. Et je l’aimais. Bordel, ouais je l’aimais. J’en était raide dingue ! Elle m’aimait aussi. Parfait vous alliez me dire? Mais la vie était une chienne.

Elle m’appris à jouer de la guitare, je lui apprenais à jouer aux jeux vidéos. Elle m’apprenait la composition floral, le nom des plantes, je lui apprenais à jouer au football, à faire du patin. Vous trouvez p’t’être que c’était pas très juste. Vous n’avez pas tord. Elle m’avait donné le meilleur d’elle. Elle m’avait donné le pire aussi. Et moi j’avais fait la même chose. Elle me disait qu’elle adorait la couleur de mes cheveux et faisait de vielles blague sur les blond. Elle me glissait souvent ses deux barrettes dans mes cheveux pour qu’elle puisse voir mes yeux. Parce qu’elle aimait mes yeux. Elle aimait tout de moi. Moi j’aimais tout d’elle. Même sa petite poitrine, même sa manie de se triturer les cheveux en permanence.

Et moi j’étais qu’un con. Parce que je croyais que ça durerait toujours. Pourtant on me l’a pris. La maladie me l’a pris. Leucémie. Pourtant avant sa mort elle m’avait fait promettre d’être heureux. De vivre pour elle et moi. De vivre comme je l’entendais. Et moi je lui ai promis. Tout ce qui me reste d’elle c’est ses deux barrettes. Sa passion pour les plantes. Le souvenir brûlant de ses baisers, de sa peau. Le son de sa voix…

Et elle me hante encore. Et j’ai jamais pu sortir avec une autre nana. Jamais. Et puis merde j’aime pas parler d’elle. J’aime pas parler de moi. J’en ai assez. Le reste vous le savez. J’ai fais mes études en horticulture à Tokyo puis si je suis ici à Nagoya c’pour faire mon stage et pour suivre ma dernière année ici, dans l’université toute neuve du coin. Je dois juste me rendre à huit heures de cours par moi. Le reste du temps je travailles ici. Je suis jamais retourné à Liverpool. Je le ferai p’t’être jamais. Je dois rester ici vous comprenez? Pour Kana.

Bon j’en ai marre de tout ça. Je me casse. Quoi encore? Vous voulez savoir pour sa famille? Son frère à fait de sa sœur une chanson. Ses parents, qui m’avaient tant détesté à une époque m’avaient carrément financé mes études. On se retrouve tous les ans à Nagoya-Ils avaient préféré l’enterré là-bas parce qu’elle avait toujours préféré Nagoya à Tokyo- le jour de son anniversaire, pas celui de sa mort mais de sa naissance et on va déposer des fleurs. Satisfaits?


Secrets of the other side.

→ Depuis combien de temps faites-vous du RP ?Longtemps
→ Comment avez-vous connu le forum ?Je me souviens plus.
→ Avez-vous un double compte ?Euh… Ouais?
→ Personnage de votre avatar ?Prussia
→ Quel est le code règlement ? Code OK by Ari' / Il est trop bon le code ♥ > Normal, c'était une spéciale cass'dédi pour toi 8D <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Taylor

avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age : 28
Localisation : Tsss...
Date d'inscription : 13/03/2011

Feuille de personnage
Age:
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec:

MessageSujet: Re: Lysander ou le type le plus con du monde [Done]   Lun 2 Juil - 4:05

FINI. J'ai baclé la fin mais wsh j'ai mis l'essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona T. Geller
♔ Directrice Sexy , Maire ! & Administratrice
 ♔ Directrice Sexy , Maire ! & Administratrice ♔
avatar

Féminin Nombre de messages : 86
Age : 24
Localisation : Hm ?
Emploi : Directrice Atypique & Hors Normes ~ & Maire de Nagoya.
Loisirs : Heu... Whut ?
Remarque des admins : You're THE BEST ! 8D
Date d'inscription : 16/05/2011

Feuille de personnage
Age: 33.
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Sa cravache.... (a)

MessageSujet: Re: Lysander ou le type le plus con du monde [Done]   Ven 6 Juil - 19:21

__________ Lysander, mon Amûûûûûûûûûr de Connard. xD

Bah. Heu... J'te connais, tu me connais, je connais ton niveau Rp quand même, depuis pas mal de temps, j'ai lu ta fiche, j'ai aimé 8D Des fautes d'inattention par ci par là, rien de dégueulasse cependant... Heu........ J'ai pas d'autre choix que de te valider non ?

Bon jeu parmi nous TMTC, fait l'con à ta guise, à fond les ballons. xD

HAVE FUUUUUUUUUUUUUN My Lord des Cons 8D

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.rpg-board.net/t8493-done-arizona__-la-natur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lysander ou le type le plus con du monde [Done]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lysander ou le type le plus con du monde [Done]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce type d'insécurité pourrait être l’œuvre d’un groupe ...
» épée de type normande
» taille des socles et type de socles
» Lysander Sarhtorian : présentation [validée]
» Fiche-type de demande de rp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: ADMINISTRATION :: Fiches de présentation-
Sauter vers: